Théâtre

1922-23 — Activités théâtrales.

Les activités théâtrales reprennent de plus belle en 1922-23. Voici donc un aperçu des évènements marquants cette année-là au Collège de Saint-Jean.

Le lundi 23 octobre 1922, à l’occasion de la fête du Directeur, l’abbé E. Labelle, les étudiants ont présenté «une intéressante séance dramatique», comme le rapporte «Le Canada français» du jeudi 26 octobre 1922, soit la comédie en trois actes «Les petits oiseaux», d’Eugène Labiche et Delacour (1864). Malgré la mauvaise qualité de la copie du journal, on arrive à déchiffrer que les étudiants qui y figuraient étaient : Jean Lequin (Blandinet, rentier), Claude Sutton (François, son frère, industriel), Paul Racicot (leur frère), Georges Brien (Léonce, fils de Blandinet) ainsi qu’Antoine Gauthier, Gaëtan Kirkland, Edgar Gaudette et Damien Trudeau. D’après les listes que j’ai établies pour 1921-22, ces étudiants se retrouvaient en Philosophie I et II, en 1922-23.

Les 7 et 8 mai 1923, deux pièces sont proposées par les étudiants du Collège. Comme le raconte l’article promotionnel paru dans «Le Canada français» du jeudi 3 mai 1923, le drame «Louis XVII», du Père Delporte, mettait en vedette Guy Carmel (le Roi) et Armand Abel (le fils du Roi). La comédie en un acte «Un beau-père pas commode», de Fernand Beissier (1888), a également été présentée ces soirs-là.

En activité para-théâtrale, on peut mentionner que, le 24 mai 1923, à l’occasion de la fête de Dollard Des Ormeaux, rapporte «Le Canada français» du 31 mai 1923, ce furent simplement Gaëtan Kirkland qui «d’une voix vibrante» lut l’acte de décès de Dollard et de ses compagnons ainsi que Claude Sutton qui «... raconta le combat du Long-Sault, tel que Louis Fréchette, dans «La légende d’un peuple», l’a superbement décrit...».

Voilà pour les activités théâtrales de 1922-23 au Collège de Saint-Jean dont il fut question dans le journal «Le Canada français» durant cette année scolaire.

Jacques Camerlain courriel 3 avril 2013.