Théâtre

21 Février 1961, 54e cours.
28 octobre 1964, 58e cours (11e)
[voir plus bas].
L’anglais tel qu’on le parle
, Tristan Bernard
.


Voir aussi ce compte-rendu, et photos, par le 54e cours.

 

Comme en fait foi l’article ci-joint de l’abbé Jean-Louis Mailloux, paru dans le “Canada français” du jeudi 23 février 1961, les élèves du 54e cours ont présenté, pour le Mardi-Gras, deux pièces de théâtre, soit “L’anglais tel qu’on le parle”, de Tristan Bernard et “Le miracle de Théophile”, de Rutebeuf. Il y indique que Paul Paradis (54e cours) y tenait un rôle. Jacques Camerlain courriel 20 février 2013.

 


28 octobre 1964, 58e (11e),
L’anglais tel qu’on le parle
, Tristan Bernard
.

Robert Verge (L’interprète), Lorraine Favreau (La caissière),
André Provost (Le policier) et Michel Dubois (Mr. Hogson).

 

Critique signée Serge Lefebvre (55e), parue dans L’Aiglon, Décembre 1964, p. 7, de la pièce L’Anglais tel qu’on le parle, présentée au Séminaire par les étudiants de 11e année, le 28 octobre 1964. On présentait aussi ce soir-là deux autres fabliaux: La farce du Pont-aux-Anses et Le sac à surprises, qui ont subi les foudres du critique. Jacques Camerlain courriel 25 janvier 2013.