web Robert DEROME

En présence des anges
Art religieux et dévotions populaires

©Professeur Robert Derome
Département d'histoire de l'art, Université du Québec à Montréal.


Les archanges.


Gabriel.

Gabriel, le messager envoyé à la Vierge ou à d'autres personnages (Zacharie et Mahomet), vêtu d'une longue tunique porte un bâton pommeté (le messager), un sceptre, un lys (la pureté), une branche d'olivier (la paix) ou un phylactère gravé de la salutation à Marie (Ave Maria, gratia plena). Son iconographie se fond souvent avec celle de l'Annonciation.


9. Montréal, Atelier T. Carli (1867-1923), L'Archange Gabriel.

Plâtre polychrome. H. 45 cm ; L. 15,3 cm ; P. 15,5 cm. Signature à l'endos « T. CARLIL. 29c » Collection des RHSJM, 1985.x.691.

L'archange Gabriel dont le nom signifie «  Dieu est force  » est le révélateur des plans divins, celui qui annonce à Marie la venue de Jésus, c'est l'ange de l'Annonciation. Il est intéressant de mentionner qu'en avril 1951, l'église catholique émet un bref apostolique qui le déclare patron des télécommunications . Il est habituellement représenté avec la Vierge Marie dans une scène de l'Annonciation. Il s'intègre souvent dans un programme iconographique à la gauche du maître-autel, en compagnie de saint Michel à la droite. C'est le cas du maître-autel de l'Ange-Gardien et celui de la chapelle Notre-Dame-du-Sacré-Coeur de la basilique Notre-Dame de Montréal.

Au niveau iconographique, il est toujours vêtu d'une longue tunique et ses attributs sont le sceptre qui prolonge le bras, signe de puissance et d'autorité, le lis, signe de pureté et une branche d'olivier, signe de paix, de fécondité, de purification, de force, de victoire et de récompense. Parfois, il porte un phylactère avec l'inscription Ave Maria, gracia plena. Au Québec, saint Gabriel est le plus souvent représenté avec un lis dans la main gauche.

L'Archange Gabriel, vêtu d'une tunique blanche avec une bordure dorée, tient dans sa main gauche une branche de lis et sa main droite pointe vers le ciel. Il porte autour du cou un ruban se terminant par une frange dorée et il est retenu à la taille par une rosace. Cet archange offre certaines similitudes, concernant la disposition du lis, du ruban et de la rosace, avec celui qui ornait le retable du Sacré-Coeur de l'église Notre-Dame de Montréal (détruit par un incendie en 1978) et qui est attribué à Olindo Gratton (1891), mais il est nettement moins somptueux que ce dernier. Nous pouvons, sous toute réserve, émettre l'idée que l'original a été exécuté par Olindo Gratton à la fin du siècle dernier.

Danielle Lord

Bibliographie. Louis Réau, Iconographie de l'art chrétien II, Paris, Presses Universitaires de France, 1956, p. 47.


Raphaël.

Raphaël est étroitement associé à la légende de Tobie, lui servant de guide dans sa jeunesse et de guérisseur dans sa vieillesse, d'où la double vocation de cet archange à la fois gardien et médecin. Son culte est le moins répandu des trois archanges principaux.


10. Paris, Jean-Auguste (1809-1892) ou Alexandre-Louis (1843-1884) Leloir et Ch. Vallet pour l'imprimerie Lemercier (1829-?), Retour du jeune Tobie, vers 1861.

Lithographie tirée de La bible en estampes, Paris, Amédée Bédelet (libraire éditeur), ©1861. 15,8 x 22,5 cm. Signature en bas à gauche « A. Leloir del », en bas au centre « Imp Lermercier, Paris », en bas à droite « Ch. Vallet Lith ». Collection des RHSJM, 1996.x.63.

Raphaël est représenté avec le bâton du pèlerin, référence à son rôle de mentor du jeune Tobie représenté ici à son retour. Raphaël est à l'origine de la définition du rôle d'un ange gardien.


Page créée le 4 décembre1997.

web Robert DEROME