web Robert DEROME

 En présence des anges
Art religieux et dévotions populaires

©Professeur Robert Derome
Département d'histoire de l'art, Université du Québec à Montréal.


Les dévotions populaires.

Les thématiques articulées à partir des images dévotes, des médailles et des autres objets de piété, poursuivent ou complètent celles abordées dans les autres sections de cette exposition. Leur présentation chrono-thématique suit les cycles normaux de la vie humaine, de la naissance à la mort, joints à une vision historico-critique des dévotions populaires qui visent à donner un sens à la vie du chrétien à travers ses croyances. Les médailles sont intégrées à ce cheminement.

Pour des raisons de présentation visuelle, mais aussi à cause de son importance, saint Michel a été placé au milieu de la vitrine. La portion à gauche de saint Michel évoque la vie de la Sainte Famille et du Christ, depuis l'Annonciation jusqu'à la Passion, ainsi que son prolongement par le sacrifice de la messe. La portion à droite de saint Michel, plus thématique, aborde la présence des anges dans l'iconographie des saints, la communion et la confirmation, la petite enfance et la mort, le bonheur, ainsi que la commémoration. Les médailles consacrées aux saints martyrs canadiens sont placées juste en-dessous des gravures du même thème exposées au mur.

Les images produites en France au XIXe siècle imitent les techniques des canivets. Souvent coloriées elles s'encadrent de bordures gaufrées dont l'un des motifs répandus est dit « à la cathédrale » dans le style néo-gothique alors à la mode. Un peu plus tard, elles se bordent de « dentelle », un motif comprenant des pleins et des vides. Les « dentelles parlantes », c'est-à-dire avec des textes, n'auraient été réalisées qu'entre 1830 et 1860. Après cette date, l'image occupe le plus souvent la presque totalité du carton de support, encadrée d'un feston ou d'un simple motif géométrique.

Les « montages » sont constitués de collages de carton s'ouvrant pour laisser apparaître quelque figure de saint, occultée par un premier plan fait d'une dorure ou d'un motif floral. Les catalogues des maisons d'éditions énumèrent les « astuces » de ces compositions. Par exemple, ceux de Bouasse Lebel, en 1864, ou de Bouasse Jeune, en 1877 : « images pailletées, habillées, nacrées, sensitives sur papier de riz ; surprises appliquées, surprises à coulisses, surprises pliées, surprises chapelles, etc. » Ces dentelles et autres fantaisies furent jugées par les contemporains comme des attractions, rangées dans le courant du kitsch ou de la mièvrerie.

Après de nombreux bouleversements politiques, la religion est apparue dans la France du XIXe siècle comme une sorte d'antidote aux abus révolutionnaires. Dans leur joliesse, ces images orientaient la pensée de l'heureux possesseur vers une vision de bonheur céleste, faisant pénétrer la religion avec un certain sourire dans tous les milieux. Au dos des images figurent des textes, prières, litanies, cantiques, cantilènes, complaintes, guidant le chrétien dans sa réflexion solitaire ou accompagnant la foule des fidèles sur le chemin des pèlerinages si nombreux au XIXe et au début du XXe siècle. Celles du XXe siècle démontrent une simplification des techniques en relation avec un tirage en très grand nombre, ainsi qu'une plus grande familiarité dans les thématiques traitées.

Plusieurs de ces images portent des inscriptions manuscrites qui attestent de leur utilisation par les personnes nommées ou les dates mentionnées. Un florilège de pratiques et de dévotions populaires s'entremêlait aux dévotions plus officielles. Pierre Lessard leur a consacré une étude fouillée et saisissante de réalisme anthropologique et social. Publié aux Presses de l'université Laval en 1981, cet ouvrage s'intitule Les petites images dévotes, Leur utilisation traditionnelle au Québec.


Gabriel, l'archange de l'Annonciation.

36 37

36. Anonyme (XXe siècle), Médaille : L'Archange Gabriel (avers), Saint L.M.G. Montfort (revers).

37. Belgique, Abbaye de Maredret (XXe siècle), L'Annonciation, 1958 ?


Page créée le 4 décembre1997.

web Robert DEROME