Karine CORBEIL, Thomas CSANO [Tomate], Annick DESORMEAUX, Stéphane HALMAI-VOISARD, Natalie-Ann ROY et Christopher SCULLY

MADE IN SÉRIGRAPHIE

Design [DE]

 

Recherches, photos et textes Edith FERRANDIZ juin 2004
Édition web Robert DEROME juin 2004
dans le cadre du cours
HAM5815 L'objet d'art et la photographie  
Appareil numérique : NIKON CoolPix 995
Résolution : normal, lumièere naturelle
Moment de la journée : jour matin, soir 9:30

Cette murale est formée de 12 panneaux verticaux alignés côte à côte formant une surface de 8 pieds de hauteur sur 48 pieds de largeur. Elle a été réalisée en sérigraphie sur masonite.

Cette œuvre a constitué tout un défit en ce qui concerne la recherche de l'information, mais qui a heureusement bien fini. D'abord parce que non seulement j'ai eu la fiche technique mais en plus j'ai eu l'occasion de communiquer personnellement avec deux des artistes que l'ont conçue et ainsi en connaître un peu plus sur l'histoire de l'objet.

En principe, la raison pour laquelle l'œuvre n'est pas répertorié par l'UQÀM, c'est parce qu'elle est le produit d'une initiative indépendante d'un groupe d'élèves qui avait fondé un atelier de sérigraphie (petite entreprise sans but lucratif) à l'intérieur du programme du Design Graphique (tous étaient anciens élèves du Cégep du Vieux Montréal).

Ils ont eu la belle initiative de concevoir une œuvre collective sans aucune prétention de postérité, afin de montrer leur travail, mais aussi donner plus de couleur au pavillon que beaucoup trouvaient très froid. Ils ont respecté la conception de l'architecte du bâtiment et les normes imposées par la haute direction du département. Quelques années auparavant un autre projet d'étudiant avait crée une grande polémique.

Cette œuvre m'a captivée immédiatement. Étant donné que les éléments architecturaux m'intéressent fortement, j'ai pensé que son emplacement donnerait des angles inusités bien que difficiles à prendre. Alors je me suis arrangée pour prendre les photos dans des moments où il n'avait personne.

Je pourrais parler longtemps de cette œuvre qui m'a beaucoup inspirée, mais pour le moment je vous laisse plutôt le temps de la contempler et faire vos propres conclusions. 

 

Il est temps d'enlever cette œuvre

par Christopher Scully

courriel envoyé le 18 janvier 2005 à David Tardif
étudiant au baccalauréat en histoire de l'art
Université du Québec à Montréal

Nous avons décidé qu'il était temps d'enlever cette oeuvre. Elle est née de notre initiative chez MADE IN SÉRIGRAPHIE, l'atelier de recherche graphique par la sérigraphie à l'École de design de l'UQAM. Elle a été conçue comme oeuvre ephémère. Puisque ça fait déjà 1 an et demi qu'elle est là, et que MADE IN SÉRIGRAPHIE vivra prochainement des changements au niveau de sa gestion, nous avons décidé que c'était un bon moment de laisser cet espace à des initiatives futures.

Nous ne savons pas encore ce que nous allons faire avec les 12 panneaux de l'oeuvre. Certains proposent d'en offrir comme cadeaux, d'autres proposent de les couper et d'en faire des dalles de plancher d'un futur atelier de sérigraphie, ou encore de les vendre au profit d'un tel atelier.

Cette oeuvre était la deuxième installation que nous avions faite. La première étant la signature graphique de MADE IN SÉRIGRAPHIE sur la longueur de 48 pieds. Les panneaux de celle-ci (papier kraft collé sur carton ondulé) traînent encore à l'atelier à défaut de savoir quoi en faire.

La raison pour laquelle que cette oeuvre se détériore, c'est qu'elle n'avait pas été conçue dans le but d'être permanente. Le matériel servant de support est un Massonite de 1/8 de pouce a qui a gondolé avec l'humidité et la gravité... Une raison de plus pour passer à du nouveau !

BIBLIOGRAPHIE
Courriels de Christopher SCULLY, le 30 juin 2004 et janvier 2005.


Art public à l'UQÀM