Chevrier baron de Fouencamps Pierre (1608-1692)

De [couleur] à la fasce de [couleur] chargée de trois roses de [couleur], accompagnée en chef d'un épi de blé de [couleur] tigé et feuillé de [couleur], et en pointe d'un coeur de [couleur] soutenu d'un croissant de [couleur] (collaboration de Robert Pichette, le 29 mai 2001, par l'entremise de Daniel Cogné).

Pierre Chevrier naît à Paris le 21 janvier 1608, fils d'Adam Chevrier (vers 1565-1624) et de Renée de Bauquemare (vers 1685-1653). La seigneurie de Fouencamps, près d'Amiens, n'a jamais porté officiellement le titre de baronnie. Ce qui n'a pas empêché Pierre Chevrier d'en porter le nom et le titre même après la vente de ses terres en 1634.

Dévot, Pierre Chevrier est le deuxième plus important membre de la Société de Notre-Dame auprès de Jérôme Le Royer de la Dauversière. C'est grâce à sa fortune que fut acquise l'île de Montréal pour y fonder Ville-Marie en 1642 par l'entremise de Paul Chomedey de Maisonneuve. Il semble que Pierre Chevrier ait attendu après la mort de sa mère, le 12 décembre 1653, pour devenir prêtre.

Le baron de Fouencamps n'est jamais venu en Nouvelle-France même s'il rêvait de s'établir à Ville-Marie. Ses armoiries y sont venues sur une « médaille » gravée à la suite d'un voeu de guérison. Enfouie dans les fondations de la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, elle fut retrouvée au milieu du XXe siècle.

Attribué au graveur François de Poilly (1623-1693) avec la collaboration de Claude François dit le Frère Luc (1614-1685), « Médaille » du baron de Fouencamps, Notre-Dame de Bon Secours, Vierge-Mère à l'enfant Jésus emmailloté terrassant le dragon, détail des armes de Pierre CHEVRIER baron de FOUENCAMPS [image inversée et positive comme elle apparaîtrait si elle était imprimée sur papier], mai-juin 1672, plaque de gravure en cuivre, 11 x 9 cm, Montréal, Musée Marguerite-Bourgeoys, Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours.
Anonyme d'après un dessin d'Annette Joubert c.n.d., Portrait fictif de Pierre de Chevrier, baron de Fouencamps (1608-1692), tenant la sculpture de Notre-Dame de Montaigu dans sa main droite, 1958, mosaïque, Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours.