Les portraits du père jésuite Paul Le Jeune, confusions et conversions...


1884 Anonyme dans Shea

Bien qu'admis au barreau, John Gilmary Shea (1824-1892) entre chez les jésuites. Il est initié aux méthodes historiques par Félix Martin. En 1852 s'installe à New York, se marie, obtient un emploi et se consacre à l'histoire du catholicisme (Bowden 1968.07, Thomas 1987.12). Il est l'auteur de la section intitulée « Chapter VI The Jesuits, Recollects, and the Indians, Critical essay on the sources of information [Shea 1884] » dans l'ouvrage de Winsor 1884.

C'est là qu'on trouve (à la p. 272) ce bois gravé non signé qui n'est pas sans rappeler celui de 1875 Hotelin Fressencourt (Shea connaissait-il cette publication à laquelle il ne réfère pas dans ce texte ?). Le traitement est cependant fort différent : absence de l'ovale autour du buste ; pointillés dans le visage au lieu des traits ; barbe beaucoup plus laineuse.
La note de la légende permet de mettre à jour les liens entre les historiens de cette période. On y apprend que Shea, ou Winsor, étaient certainement en contact avec Francis Parkman, qui connaissait donc la gravure de Le Jeune par Lochon bien avant sa publication dans ses propres livres.
Ce bois gravé est publié quatre années seulement avant une des premières reproductions de la gravure originale de Lochon éditée en 1888.

 

Les portraits du père jésuite Paul Le Jeune,
confusions et conversions...

web Robert DEROME