Les portraits du père jésuite Paul Le Jeune, confusions et conversions...


1907 J. J. Boyes AJC

Né en 1865 en Angleterre (Bedfordshire), émigre au Canada en 1898, réalise en 1907 une série de portraits des missionnaires jésuites pour l'église de l'Immaculée-Conception à Montréal (Harper 1970, p. 42).

Kenney 1925 (p. 128-129) donne référence à plusieurs reproductions de ce portrait dans des ouvrages publiés entre 1909 et 1916.

J. Boyes, Paul Le Jeune S.J. 1591-1664, Huile sur toile, 61,5 x 46,5 cm, signé en bas à droite « J. Boyes », AJC, 1968 R-11 014 et 1-092. Source.

 

Titre en bas à gauche
et signature en bas à droite.

Matière picturale mince et matte. Certaine finesse dans le traitement du visage. Très probablement copié d'après un des CLONES du MODÈLE LOCHON. Beaucoup plus intéressant que le schématique portrait par McNab. Nouvel encadrement de bois très simple qui a permis de bien conserver le support ancien et sa toile.

Ci-dessus, les reproductions de cette oeuvre référencées par Kenney 1925 (p. 129, n° 577).

Voir également la confusion créée par l'inscription de la légende publiée par Léon Pouliot en 1964
à l'endos de la reproduction par la Dominion Illustrated en 1888-1889 de la gravure de René Lochon.

 

Les portraits du père jésuite Paul Le Jeune,
confusions et conversions...

web Robert DEROME