index

La pratique du luth en Nouvelle-France
par Paul Chomedey de Maisonneuve (1612-1676)

La musique jouée par Paul Chomedey de Maisonneuve
L'Allemande de Jehan Basset

 

Nous avons déjà évoqué les liens unissant Paul Chomedey de Maisonneuve au notaire montréalais Bénigne Basset qui était le fils du luthiste parisien Jehan Basset. Une seule oeuvre semble avoir été conservée de ce musicien, c'est une Allemande reproduite par Mersenne [1588-1648] dans son Harmonie Universelle (1636). Il sied donc de verser cette oeuvre au répertoire susceptible d'avoir été joué par le premier gouverneur de Montréal.

Allemande de Monsieur Basset, Mersenne 1975, vol. 3, p. 89, deuxième série de pagination portant ce chiffre.

La partition reproduite par Mersenne ne donne pas l'accord. Il s'en explique ainsi [transcription du texte selon l'alphabet actuel pour les u, v, s, f, j] :

« Je ne mets point le Ton commun devant la Courante, parce que je l'ay desja expliqué avec la figure du Luth, qui se void dans la premiere Proposition,
 
& dans l'onziesme :
 

quant aux autres je les mets seulement devant les deux premieres Allemandes, parce que la troisiesme [Allemande de Monsieur Basset reproduite plus haut] est de mesme ton que la seconde [voir l'accord de l'Allemande de Monsieur Chancy reproduite ci-dessous].
Accord de l'Allemande de Monsieur Chancy, Mersenne 1975, vol. 3, p. 88 [deuxième série de pagination portant ce chiffre].

Je laisse plusieurs sortes d'accords que l'on peut donner au Luth, parce qu'il faudroit un volume de plus de cent feuilles pour les comprendre tous, comme l'on peut voir dans le grand volume entier, dans lequel j'ay compris tous ceux qui se peuvent faire des huict notes de l'Octave, au lieu desquelles on peut mettre tel autre octonaire de notes que l'on voudra (Mersenne 1975, vol. 3, p. 85, deuxième série de pagination portant ce chiffre). »

 

 

web Robert DEROME

La pratique du luth en Nouvelle-France