Un soleil sur une base rapportée : l'ostensoir de Métabetchouan

Le pied de l'ostensoir donné par Madame de la Basme fut donc très certainement endommagé lors de l'un des incendies du couvent en 1695, 1721 ou 1734, plus problablement lors du plus dévastateur en 1695. Le soleil dût cependant continuer à être utilisé avec une base rapportée. Ce soleil devait être fort simple et problablement similaire à l'ancien ostensoir de Bécancour. On peut donc imaginer l'ancien soleil fiché sur une simple base en matériau non précieux. Les jésuites de l'ancienne mission de Métabetchouan utilisaient le même procédé pour un tout petit ostensoir en argent fabriqué à Paris en 1687-1688. Le pied utilisé était en étain.

Anonyme, France, Paris, Ostensoir de Métabetchouan, 1687-1688, ostensoir en argent (hauteur 7"1/2) et base en étain, Chicoutimi, Musée du Saguenay. Photo de gauche Robert Derome, photo de droite Barbeau 1957b, p. 54.
Les vestiges-reliques de l'ostensoir de Pierre Loir donné en 1681-1682 par Madame de la Basme à Judith Moreau de Brésoles pour les Hospitalières de Saint-Joseph de Montréal.
web Robert DEROME