Les deux autres oeuvres connues de Pierre Loir (1628-1700) : une navette et un calice

Pierre Loir est l'un des membres d'une grande dynastie de plusieurs orfèvres qui approvisionnèrent la Nouvelle-France en orfèvrie, surtout religieuse, aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les trois oeuvres de lui conservées au Québec constituent le patrimoine mondial connu. Bien que devenu maître en 1651, les trois objets québécois sont tous postérieurs à la réforme des poinçons de 1680. Gérard Morisset avait confondu son poinçon avec celui de l'orfèvre québécois Paul Lambert dit Saint-Paul (1691 ou 1703 - 1749) dont les objets sont postérieurs d'un demi-siècle.

La navette des ursulines porte un décor repoussé et gravé d'une très grande qualité. Le poinçon de jurande ou de Maison Commune a été rendu illisible, ce qui ne permet pas de dater précisément l'objet.

Loir, Pierre, France, Paris (Me 1651 Ý1700). Navette. 1680-1700 (vers). Argent MO : « une croix entre P et L » (après le 31 décembre 1679). MC rendu illisible par une fente dans le métal sur le bout de la navette près de la bordure sur lequel repose le bouton du couvercle. Québec ursulines. Photo Robert Derome. Voir aussi : L'orfèvrerie des ursulines au XVIIe siècle du temps de Marie de l'Incarnation.
 

Le calice de l'église Sainte-Famille de l'Île d'Orléans a été fabriqué un an après le ciboire des hospitalières de Montréal. Il porte tous ses poinçons, sauf sur la coupe qui a été refaite.

Loir, Pierre, France, Paris (Me 1651 Ý1700). Calice. 1682-1683. Argent. Sainte-Famille Ile d'Orléans.

Poinçon de maître orfèvre sous la base : une fleur de lys, deux grains, PL, une croix.
Poinçon de maître orfèvre sous la bate : une fleur de lys, deux grains, PL, une croix.
Paris, partie du poinçon de charge pour les ouvrages d'argent de Paul Brion du Saussoy II, en usage du 7 novembre 1681 au 29 juillet 1684 : un soleil et une fleur de lys au milieu et un A au-dessous.
Paris, partie du poinçon de décharge pour la vaisselle montée de Paul Brion du Saussoy II, en usage du 7 novembre 1681 au 29 juillet 1684 : une couronne fermée fleudelysée et chargée d'une vivre [serpent].
Paris, partie du poinçon de jurande en usage du 11 juillet 1682 au 7 juillet 1683 : une couronne sur la lettre N.

 

Les vestiges-reliques de l'ostensoir de Pierre Loir donné en 1681-1682 par Madame de la Basme à Judith Moreau de Brésoles pour les Hospitalières de Saint-Joseph de Montréal.
web Robert DEROME