Les vestiges-reliques de l'ostensoir de Pierre Loir donné en 1681-1682 par Madame de la Basme à Judith Moreau de Brésoles pour les Hospitalières de Saint-Joseph de Montréal.

Frontispice

Une reconstitution archéologique

La Compagnie du Saint-Sacrement

Pierre Loir (1628-1700) : le ciboire fabriqué entre le 3 juin et le 7 novembre 1681

Les vestiges de l'ostensoir fabriqué entre le 7 novembre 1681 et le 10 juillet 1682

Les deux autres oeuvres connues de Pierre Loir (1628-1700) : une navette et un calice

L'ancien ostensoir de Bécancour peut révéler l'apparence problable de l'ostensoir de 1681-1682 attribué à Pierre Loir (1628-1700)

Les trois incendies : en 1695, en 1721 et en 1734

Un soleil sur une base rapportée : l'ostensoir de Métabetchouan

Plusieurs « pieds de soleil » sont utilisés au XIXe siècle à la sacristie

Le « soleil » de 1681-1682 reçoit un pied permanent et une nouvelle lunule fabriquées à Lyon par Favier Frères vers 1854-1857

Un prestigieux nouvel ostensoir fabriqué à Paris en 1868 par l'orfèvre Marie Thierry fils

Le remplacement, vers 1891, de l'ancien soleil de 1681-1682

Une boîte remplie de fragments

Une photo d'archives révélatrice

L'ancienne lunule de Favier Frères est adaptée à un nouvel ostensoir en laiton doré acheté en 1925

L'orfèvre montréalais Gilles Beaugrand fabrique une nouvelle lunule en argent au milieu du XXe siècle

La notion de « vestige-relique »

Bibliographie

Signets à imprimer

Les vestiges-reliques de l'ostensoir de Pierre Loir donné en 1681-1682 par Madame de la Basme à Judith Moreau de Brésoles pour les Hospitalières de Saint-Joseph de Montréal.

page créée en mai 2002
publiée le 3 juin 2002
modifiée le 28 juin 2002

web Robert DEROME