web Robert DEROME
Les sources iconographiques
des portraits fictifs du père jésuite Jacques Marquette


1896 Gaetano Trentanove

Bien que totalement fictive, cette figure grandiloquente de Marquette, bien campée et sculptée en virtuose, marque l'imaginaire. Plusieurs de ses caractéristiques seront reprises par d'autres artistes. On y présente un homme mûr assez âgé, barbe longue et abondante, chevelure longue avec début de calvitie. C'est le visage barbu et chevelu qui sera gardé par plusieurs. Certains garderont également d'autres caractéristiques.

« En 1864, le Congrès des États-Unis statua que l'ancienne salle affectée aux débats des Représentants serait transformée en un musée, où chaque État serait invité à placer la statue de deux des hommes illustres qui auraient le plus contribué à sa gloire. Le Wisconsin choisit, en 1893, le P. Marquette, et décida de faire sculpter en marbre l'image, la plus conforme à la vérité, de ce célèbre personnage. Un artiste italien, Gaetano Trentanove, se chargea du travail. Après avoir en vain multiplié ses recherches, en vue de trouver un portrait ou un simple croquis, le statuaire fut réduit aux seules ressources de son imagination. Cependant, sur un conseil donné par les hommes les plus compétents, son modèle fut pris sur un portrait du P. de Charlevoix, peint sur écorce d'érable à sucre, pour les Dames Ursulines de Québec. Mais à ce conseil, le connaisseur consulté avait ajouté celui de rajeunir les traits. » Hamy 1903 (CHAPITRE XVIII. — Statue en marbre blanc, érigée dans le Musée du Capitole à -Washington, aux frais du Wisconsin, en l'honneur du P. Marquette, p. 180-186).

« Après vérification dans la base de données répertoriant nos collections, je suis désolée de vous informer que je n’y ai trouvé aucune trace de ce portrait peint sur un morceau d’écorce, ni d’aucune œuvre représentant le père jésuite Jacques Marquette. » Collaboration de Catherine Levesque, Musée des Ursulines de Québec.

Une telle réponse était prévisible, car cette présumée source iconographique, sur morceau d'écorce, semble relever davantage du folklore et de la fabrication du mythe que d'une véritable analyse iconographique et historique.

This statue of Jacques Marquette was given to the National Statuary Hall Collection in the care of The Architect of the Capitol, Washington, by the State of Wisconsin in 1896.

Reproduction de la première page de l’article intitulé «Marquette Statue» du Washington Evening Star datant du 4 mars 1896. Image puisée dans la section «Wisconsin Local History & Biography Articles» du site de la Wisconsin Historical Society. Source : Béland 2006.

« Innumerable representations of Marquette have been clone in oil, bronze, and stone, from full figures to busts and bas-reliefs. Perhaps the best known is Gaetano Trentanove's marble statue which the state of Wisconsin presented to Statuary Hall in the nation's capital at Washington. The artist modeled the statue's face from a portrait of Father Pierre François Xavier de Charlevoix, a French Jesuit and noted historian of New France whose portrait was painted when he was over sixty and quite aged. (Note 21. A copy of the portrait was used as the frontispiece for Volume LXVII of The ]esuit Relations and Allied Documents, edited by Reuben Gold Thwaites.) ». Donnelly 1985, p. 13, avec la collaboration de Christian Carette.

Le présumé portrait de Charlevoix est, en fait, celui de Le Jeune !

Gaetano Trentanove pensait utiliser, comme source, le portrait de Pierre-François-Xavier de Charlevoix afin de donner une physionomie à sa sculpture de Jacques Marquette. Suite à une erreur d'interprétation encore largement diffusée aujourd'hui sur internet, le portrait présumé de Charlevoix est, en fait, celui de Paul Le Jeune. À ce titre, la physionomie créée par Trentano se trouverait donc doublement fictive !

James Duncan (1806-1881), Portrait présumé du Père Pierre-François-Xavier de Charlevoix qui est en fait une copie de celui de Paul Le Jeune, vers 1845, aquarelle, 16,5 X 13,7 cm (ovale). Viger ASC (fiche technique).

Réné Lochon (1636-1675), Le Révêrend Père Paul Le Jeune de la Compagnie de Jesus, 1665, gravure sur papier. Source : Bibliothèque et Archives Canada, No MIKAN, 2919673 ou pdf.

Pour obtenir davantage d'informations voir ce site web...
Les portraits du père jésuite Paul Le Jeune, confusions et conversions...

Une intéressante information à propos de la source iconographique de Trentanove pour son visage de Marquette reste à corroborer...

« Father Jones told the story of the origin of Trentanove's statue. A photographer called in one of the Jesuit Fathers in this country who was popularly supposed to be of somewhat the same appearance as Marquette. The photographer indicated the pose which he desired the father to adopt to have a photograph taken for some special purpose which was not explained. With a view to obliging the photographer, the Jesuit Father did as he was requested, and was a most surprised man some time later to find that the photograph had served as a model for the Trentanove statue. » P. T. A., « An alledged portrait of pere Marquette, Which was doscovered by accident in the streets of Montreal, An interesting problem for historical students to solve », Montreal Daily Star, p. 9.

On consultera avec intérêt l'étude de Cronon 1973 : Father Marquette goes to Washington, The Marquette Statue Controversy. Ainsi que les notices de 1894 Bracony et 1902-1909 Cie C&D.

 


1897 Gaetano Trentanove (copie)

Trentanove a fait une réplique de sa sculpture du Capitole pour un monument érigé en 1897 dans la ville de Marquette, Michigan. Ce monument est installé au Father Marquette Park, sur la South Front Street.

« To research what Marquette would have worn, Trentanove visited the Jesuit headquarters, which had relocated to the town of Fiesole since the Jesuits lost their base in Rome when the Piedmontese occupied the city. » Nelson 2012, p. 38 et note 12, p. 52.

 


Photo : source.

Photo : source.

Père Marquette Edition of the Daily Mining Journal, Marquette Mich., Thursday, July 15, 1897. AJC, Q0001, D321.

Photo : collaboration de Ruth D. Nelson.

Photo : source.

Père Marquette Edition of the Daily Mining Journal, Marquette Mich., Thursday, July 15, 1897. AJC, Q0001, D321.

Photo : collaboration de Ruth D. Nelson with this note « damaged, but recently restored ».

Photo : merci à la collaboration de Ruth D. Nelson qui nous a signalé cette source.

Hamy 1903 reproduit la photo ci-contre, où le bras droit du personnage tient un cruficix levé, en indiquant qu'il s'agit de : « statue en bronze du P. Marquette ».

Voir : CHAPITRE XIX. — Une statue de bronze, érigée dans la ville de Marquette. — Projet d'un vaste monument à ériger à Michillimackinac, p. 187-198.

Béland 2006 donne cette oeuvre à Trentanove pour la ville de Marquette (1897 Trentanove).

Elle est pourtant très différente de celles du Capitole (1896 Trentanove) et du monument de la ville de Marquette (1897 Trentanove).

D'après Atherton 1914, il s'agirait d'une sculpture, non localisée, du père Isaac Jogues.

 


1909 Gaetano Trentanove (copie)

« Cliché de la statue de bronze du Père Marquette érigée en 1909, puis restaurée en 1998, située dans le "Marquette Park" de Mackinac Island. Photographie de Keith Stokes prise le 05 juillet 2002. Image puisée dans la section "Mackinac Island" du site Straits of Mackinac & Mackinac Bridge. The Mighty Mac. » (Béland 2006)

Photo : source.

« Mackinac Island honored its great missionary by dedicating on September 1, 1909, a Marquette statue in his honor. The statue, which is a copy of the heroic-sized statue in Statuary Hall, is in the center of Marquette Park, at the foot of Fort Mackinac (Michigan Pioneer and Historical Collections, 30:621.). » Arth 1931.04 (pdf p. 294). Voir aussi Google.

 

web Robert DEROME