web Robert DEROME
Les sources iconographiques
des portraits fictifs du père jésuite Jacques Marquette


2005 Ronald A. Knepper

Campus de la Marquette University, Milwaukee, Wisconsin. Photo source : http://postmarq.tumblr.com/archive.

 

 

Face à la St. Joan of Arc Chapel. Photo : source.

Photo : source.

 

Photo : source.

 

postmarq et la vie sur le campus de la Marquette University

Les habitués de la Marquette University se sont littéralement approprié cette sculpture sise au coeur du campus. À preuve, on trouve de nouvelles photos à pratiquement chaque nouvelle publication mensuelle du postmarq. Ce qui confère une puissance de ralliement, d'affection et d'humanisation autour du personnage de cette sculpture de Marquette d'une hauteur de 8 pieds 2 pouces...

Avec tous, Marquette suit le fil des saisons...

En se rapporchant un peu plus de son profil humanitaire à travers la vie de tous les jours...

Et, finalement, de pénétrer les joies et les peines inscrites dans son visage...

Bon diable, Marquette participe même aux facéties estudiantines...

Ce qui n'est manifestement pas une raison suffisante pour tourner le dos à son impressionnante cape...

 

Photos : Ronald A. Knepper Studios.

Au premier abord, la sculpture ne semble pas respecter le canon des proportions du corps humain, les jambes semblant trop courtes, la taille trop fine, les bras trop longs. Ce qui est dû, en partie, au parti pris du sculpteur de montrer Marquette avec sa soutane, une jambe plus élevée que l'autre. Le mouvement est à la base du projet de Knepper, tout comme il l'était pour 1904 Dallin, où les vêtements, dépenaillés, ne sont qu'un accessoire terrestre de peu d'importance face à la vocation traçant la voie du message divin. Une sorte de Balzac poussé au paroxysme de l'agitation perpétuelle par un émule de Rodin encore plus fougueux, agité et rugueux.

Knepper a emprunté à diverses sources iconographiques en les amalgamant dans une création originale. Les grands gestes des bras et la cape déployée découlent du dynamique 1869 Lamprecht, alors que la barbe et la chevelure abondante rendent hommage à la créativité de 1896 Trentanove. La croix est bien à la ceinture, mais discrète, camouflée par l'ampleur de celle-ci ; on se demande comment il a fait pour ne pas la perdre !

Malgré les détails tirés des nombreuses photos ci-dessus, il est difficile de déterminer quel est cet élément froissé tenu dans sa main gauche : est-ce un chapeau, un document ou un porte-document ?

D'après Nelson 2012 (p. 200), il s'agirait de sa carte, ce qui est corroboré par le site web du sculpteur qui présente de petites photos des divers stades d'évolution du projet ainsi que des copies en bronze pour la vente.

Photos : Ronald A. Knepper Studios.


Collaboration de Christian Carette.

Ce Marquette de Knepper est vraiment curieux. La force qui émane de ce personnage de lutteur qui s'arrache à la gangue qui l'entoure, surmontant l'adversité, et que rien ne paraît devoir arrêter, vous a stimulé. Il est clair que Marquette est le miroir des américains qui se projettent sur lui tels qu'ils s'imaginent, au moment où ils créent le personnage plus vrai qu'ils ne sont eux-mêmes. Alors mystère autour de ce qu'il porte : moi je penche pour la carte du Mississippi conservée par les Archives des jésuites au Canada.


Josh Hertzog, Marquette honors namesake with new sculpture, 21 septembre 2005, onmilwaukee.com.

In an effort to keep alive the history behind Marquette University's namesake, Father Jacques Marquette, a sculpture was created in his honor and placed on the university's campus, behind the Raynor Memorial Library, 1355 W. Wisconsin Ave.

The bronze sculpture, which stands eight feet, two inches tall and weighs between 2,500 and 3,000 pounds, displays the rugged 17th century French, Jesuit missionary and explorer, known for his explorations with French trader Louis Joliet. It was installed on Tuesday.

According to the sculptor, Ron Knepper, a Fort Wayne, Ind. native who currently resides in New York and teaches at Parsons School of Design, it wasn't an easy project, due to the scarcity of Father Marquette portraits to work from.

"There were some images of him with long hair and images of him as bald, so I incorporated both with the sculpture," says Knepper. "I wanted him to be rugged-looking, but a charismatic person as well."

"It was almost a two-year project," adds Knepper.

Dr. Toby Peters, who chaired the sculpture committee, is very excited about what the sculpture signifies.

"It creates a wonderful image people will associate with Marquette," says Peters. "It's not a statue. It's a sculpture that tells a dynamic story."

Dr. Curtis L. Carter, director of the Haggerty Museum of Art at Marquette and the man responsible for finding and recommending the artist to the committee, shares Peters' feelings.

"The sculpture helps to define the identity of the relationship (with the university)," says Carter. "It adds a meaningful work of art to visit."

Marquette will dedicate the sculpture on Friday, Sept. 23 at 11:30 a.m. to students, staff, alumni and friends at a ceremony honoring the artist and donors. The Marquette Band will perform and a luncheon will follow.

 

web Robert DEROME