web Robert DEROME précédent Ville-Campagne Plan du sitesuivant

 

Ramsay Traquair (1874-1952).

La Collection d'architecture canadienne de l'université McGill conserve un important fonds d'archives provenant de Ramsay Traquair sur lequel Irena Murray (1987) a publié un guide (Murray, Irena (éd.), Ramsay Traquair and His Successors / Ramsay Traquair et ses successeurs, Guide to the Archive / Guide du fonds, Montréal, McGill University (Canadian Architecture Collection / Collection d'architecture canadienne, Blackader-Lauterman Library of Architecture and Art), 1987, 2 t., xv, 582 p.). On trouvera dans cet outil de travail essentiel une biographie de Traquair par John Bland, une chronologie et une bibliographie par Janet Sader, un texte sur l'histoire de l'orfèvrerie au Québec (Derome 1987f), et la description de toutes les pièces d'archives conservées. Nous en avons extrait plusieurs données.

Ramsay Traquair est né à Édimbourg, Écosse, le 29 mars 1874. Après des études aux universités d'Édimbourg et de Bonn, il reçoit une bourse du National Art Survey pour effectuer des relevés des bâtiments historiques d'Écosse en 1896-1897. Devenu membre du Royal Institute of British Architects en 1900, il travaille dans plusieurs cabinets d'architectes avant d'ouvrir le sien en 1905. Il publie ses premiers articles à compter de 1906 et effectue deux séjours d'études archéologiques en Grèce, en 1905 et 1909, grâce aux bourses obtenues du British School of Arheology. Il donne des cours d'architecture au Royal College of Art d'Édimbourg depuis 1904, lorsqu'il obtient le poste de professeur d'architecture à l'université McGill en 1913, à l'âge de 39 ans.

Outre l'architecture, Traquair s'était déjà intéressé à de multiples sujets, tant dans ses publications que ses conférences : archéologie, études médiévales, armures, églises, enseignement des arts, critique d'art, l'artiste et le public, scouts, styles, musique. Un texte publié en 1912 peut nous laisser présager quelle position idéologique fut la sienne lorsqu'il décida de s'engager dans l'étude des arts anciens du Québec ; voici donc un extrait concluant sa longue réflexion inspirée du traité de Benedetto Croce (1909), Æsthetic as science of expression and general linguistic :

The purpose of art is not the exhibition either of manual dexterity or of knowledge, it is the expression of certain human emotions and must be judged and appreciated by the quality of its feeling. And we must remember that the artist is a man sharing in the life and work of other men. His work is no mere luxury, it is a necessary part of human life.

[Ramsay Traquair, « The Appreciation of Art, Address Delivered at the Royal College of Art, Edinburgh, October 1911 », Journal of the Royal Institute of British Architects, 3e Série, vol. XX, n° 1 (9 novembre 1912), p. 17.]

Dans ses premières publications au Québec il poursuit cette démarche d'ouverture humaniste. Il traite de sujets aussi divers que l'art et le nationalisme, la littérature, la démocracie, le théâtre, les femmes, la civilisation, le « type » canadien et la décoration murale.

Traquair s'intéresse à l'architecture ancienne du Québec dès 1918-1919 lorsqu'il fait l'acquisition d'une collection de vieilles photographies pour l'université McGill. Membre de l'Art Association, de la Canadian Handicraft Guild, du Pen & Pencil Club, du Arts Club et du McCord Museum, Traquair ne manque pas d'être à la fine pointe des courants d'idées circulant dans les milieux intéressés aux arts. Il reçoit un tiré à part de l'article du notaire Gustave Baudoin publié en 1919 sur « Nos vieilles églises, La désolation des monuments historiques canadiens », dont nous avons déjà parlé et qui est à l'origine de la loi québécoise sur la protection des monuments historiques.

 

 

Traquair, Ramsay, The Old Architecture of Quebec..., Toronto, MacMillan, 1947, p. 251.

Yvan Neilson, A Chapel, tiré de Pierre-Georges Roy, L'Ile d'Orléans, Québec, Commission des Monuments Historiques de la Province de Québec (Ls.-A. Proulx, Impimeur du Roi), 1928, p. 310.
Antoine Gordon Neilson était un proche collaborateur de Traquair qui avait dédicacé à sa mémoire son livre The Old Architecture of Quebec... publié en 1947.

En 1925 Traquair entreprend la publication d'une série de relevés de bâtiments anciens incluant dessins et photographies, dont plusieurs seront réalisés avec l'aide de collaborateurs, de collègues professeurs à l'université McGill et d'étudiants en architecture. C'est à cette période que Marius Barbeau collabore à quelques-unes de ses publications. C'est donc avec tout l'humanisme qui le caractérise, sa curiosité et son ouverture d'esprit, que Traquair pénètre dans les anciennes églises et institutions religieuses du Québec. Il ne tarde pas à s'intéresser aux pièces orfèvreries qu'elles conservent (Derome 1987f) et qui dérivent de l'architecture par leurs gabarits et vocabulaires décoratifs.


Ouvrages publiés par Ramsay Traquair en collaboration avec Marius Barbeau, Olivier Maurault.

Traquair 1926/05

Traquair, Ramsay, et Marius Barbeau, « The Church of Saint Famille, Island of Orleans, Quebec », The Journal of Royal Architectural Institute of Canada, vol. 3, n° 3 (mai-juin 1926), p. 105-118, ill., pl.. - Réimprimé dans McGill University Publications, Series XIII (Art and Architecture), n° 13 (1926), 13 p..

Traquair 1926/09

Traquair, Ramsay, et Marius Barbeau, « The Church of St. François de Sales, Island of Orleans, Quebec », The Journal of Royal Architectural Institute of Canada, vol. 3, n° 5 (septembre-octobre 1926), p. 201-202, ill. pl.. - Réimprimé dans McGill University Publications, Series XIII (Art and Architecture), n° 14, (1926), 12 p..

Traquair 1929/02

Traquair, Ramsay, et Marius Barbeau, « The Church of St. Pierre, Island of Orleans, Quebec », The Journal of Royal Architectural Institute of Canada, Montréal, vol. VI, n° 2 (février 1929), p. 52-64, ill., pl. - Réimprimé dans McGill University Publications, Series XIII (Art and Architecture), n° 22 (février 1929), p. 1-14.

Traquair 1929/06

Traquair, Ramsay, et Marius Barbeau, « The Church of Saint-Jean, Island of Orleans, Quebec », The Journal of Royal Architectural Institute of Canada, Montréal, vol. VI, n° 6 (juin 1929), p. 223-232, ill.. - Réimprimé dans McGill University Publications, Series XIII (Art and Architecture), n° 23 (1929), p. 3-12.

Traquair 1941

Traquair, Ramsay, Olivier Maurault et Antoine Gordon Neilson, « La conservation des monuments historiques dans la province de Québec », Revue trimestrielle canadienne, n° 27 (mars 1941), p. 1-23.

Derome, Robert, "Ramsay Traquair, l'histoire de l'orfèvrerie ancienne au Québec et les archives de l'Université McGill", Irena Murray, Ramsay Traquair et ses successeurs, guide du fonds / Ramsay Traquair and His Successors: a Guide to the Archive, Montreal, McGill University (Collection d'architecture canadienne, Blackader-Lauterman Library of Architecture and Art), 1987, 2 t. (pagination continue), p. 48-77.

précédent Ville-Campagne Plan du sitesuivant


Page créée le 11 mai 1998.

web Robert DEROME

 haut de la page