Jean-Baptiste-Melchior Hertel de Rouville

Vers 1710

Anonyme, Jean-Baptiste Hertel de Rouville (1670-1722), vers 1710, huile sur toile, 65,5 x 54,5 cm, Montréal, Musée McCord, M966.62.1.

Fils de François Hertel. Commandant de l'Ile Royale (Cap-Breton) en 1713. Il porte l'uniforme et la médaille de l'Ordre de Saint-Louis. La médaille du portrait a été repeinte. Jean-Baptiste Hertel de Rouville a reçu la Seigneurie de Rouville sur la Rivière Richelieu, près de Montréal. Il a obtenu la Croix Militaire de Saint-Louis en 1714.

Restauré par Richard Maelzer du 5 au 26 novembre 1969. Elle a aussi été retouchée en1970, par la même personne.

The Detroit Institute of Arts, 1951, The French in America 1520-1880, Catalogue parge 46, no 52, (collection of Mme Ch. Hertel de Rouville).

Albany Institute of History and Art, January 10 - March 10, 1946, Painting in Canada - A Selective Historical Survey ,catalogue no. 6, illus. (Collection of Madame Hertel de Rouville).

Portraits, People & Places..., Sir George Willams University, Feb. 28 - March 19, 1967.

McCord Museum, opening exhibition, March 5th, 1971 - October 4th, 1971 - May 23 - Nov. 6th, 1972.

Face to Face with History, McCord Museum, Feb. 10, 1987.

Achat de Madame C. Bertrand, Montréal, printemps 1966.

Graham 1992, ill. p. 17, n° 1.

Harper, J. Russell, Painting in Canada : a History, Toronto, 1966, page 28, plate no. 22

Vie des Arts, Number 47, summer 1967, page 17, plate 3.

Provenance. Transmis par héritage dans la famille Hertel de Rouville. Jean-Baptiste Melchior Louis Charles Jacques Hertel de Rouville (fils de J. B. René et père de Charles de la Broquerie). Charles La Broquerie de Rouville (beau père de Mme. Germaine Germain et père de Charles). Mme. Germaine Germain, femme de Charles Hertel de Rouville, St-Eustache, Québec. Mme. Claire Bertrand, Montréal, 1946. Musée McCord, Montréal, achat en 1966.

Source : Mme. Hermine de Rouville (fille de Germaine Germain et de Charles de Rouville), St-Eustache, Québec.

Bibliographie. ALBANY INSTITUTE OF HISTORY AND ART, Painting in Canada a selective historical Survey, (Édition),1946, no. 6 au catalogue.

BROWN, G. W., DBC, vol. 2, 1966, p. 295-7.

CARDINAL, Armand, Histoire de St-Hilaire, les Seigneurs de Rouville, (Édition),1980, p. 36 à 40.

CARDINAL, Armand, Les fondateurs de St-Hilaire, (Édition),1983, p. 18.

COLLECTIF, Le peintre et le nouveau monde, (Édition), 1967, p. 70.

DE LAGRAVE, J. P., L'époque Voltaire au Canada, (Édition), 1993, p.295-6.

GRAHAM, Ivory et DEROME, Robert, Question de goût, arts décoratifs et beaux-arts au McCord, (Édition),1992, p.27.

HARPER, J. Russell, Painting in Canada, a History, (Édition), Toronto, 1966, p. 28.

HARPER, J. Russell, La galerie de portraits de la famille Hertel de Rouville, Vie des Arts, (Édition), no. 47, été 1967, p.18 no.3.

SÉNÉCAL, Eusèbe, Nos gloires nationales ou histoire des principales familles du Canada, (Édition), 1867, p. 293 à 295.

VACHON, André, L'enracinement, le Canada de 1700 à 1760, (Édition), 1985, p. 285.

Exposition. 1946, Albany, Albany Institute of History and Art : Painting in Canada, a selective historical survey, No. 6 au catalogue.

1951, Détroit.

1967, Sir Williams University, février. au 19 mars.

1967, Montréal, Musée des Beaux-Arts, Le peintre et le nouveau monde, du 8 juin au 30 juillet.

1971, Montréal, Musée McCord.

1972, Montréal.

1987, Montréal, Musée McCord.

1974, Ottawa, Galerie Nationale du Canada, People Art, Octobre 1973 à mai 1974.

Vers 1769-1771

Attributed John Mare (1739-1795), René-Ovide Hertel de Rouville (1720-1792), vers 1769-1771, Huile sur toile, 65,6 x 53,5 cm, Montréal, Musée McCord, M966.62.2.

Conseiller du Roi et du Lieutenant-Général dans la juridiction de Trois-Rivières où il était en 1747. Juge à la Cour des Plaids Communs de 1779 à 1793. Mare séjourne à Montréal en 1769-1771. Il fut Lieutenant-Général pour les Affaires Civiles et Criminelles et directeur du Saint-Maurice Ironwork.

Dans une lettre à son père il parle de ce portrait.

Portraits, People & Places , Sir George William University, Feb. 28 - March 19, 1967.

McCord Museum, opening exhibition, March 5th - Oct 4th, 1971 - May 23 - Nov. 6, 1972

Face to Face with History, McCord Museum, Feb. 10, 1987.

Graham 1992, ill. p. 30, n° 4.

Signature. (Habituellement, il signe : « Jn Mare PinxT date ». Référence : document no. 10 du dossier à la page 6-7.)

Provenance. Transmis par héritage dans la famille Hertel de Rouville. Jean-Baptiste Melchior Louis Charles Jacques Hertel de Rouville (fils de J. B. René et père de Charles de la Broquerie). Charles La Broquerie de Rouville (beau père de Mme. Germaine Germain et père de Charles). Mme. Germaine Germain, femme de Charles Hertel de Rouville, St-Eustache, Québec. Mme. Claire Bertrand, Montréal, 1946. Musée McCord, Montréal, achat en 1966.

Source : Mme. Hermine de Rouville (fille de Germaine Germain et de Charles de Rouville), St-Eustache, Québec.

Bibliographie : CARDINAL, Armand, Histoire de St-Hilaire, les Seigneurs de Rouville, (Édition),1980, p. 36 à 40.

CARDINAL, Armand, Les fondateurs de St-Hilaire, (Édition),1983, p. 18.

GRAHAM, Ivory et DEROME, Robert, Question de goût, arts décoratifs et beaux-arts au McCord, (Édition),1992, p.27.

HARPER, J. Russell, La galerie de portraits de la famille Hertel de Rouville, Vie des Arts, (Édition), no. 47, été 1967, p.18 no.3.

SÉNÉCAL, Eusèbe, Nos gloires nationales ou histoire des principales familles du Canada, (Édition), 1867, p. 293 à 295.

Exposition. 1967, Montréal, Musée des Beaux-Arts, Le peintre et le nouveau monde, du 8 juin au 30 juillet.

1971, Montréal, Musée McCord.

1972, Montréal.

1987, Montréal, Musée McCord.

Vers 1810

Attribué à William von Moll Berczy (1744-1813), Jean-Baptiste Melchior Hertel de Rouville (1748 -1817), vers 1810, huile sur toile, 62,5 x 49 cm, Montréal, Musée McCord, M966.62.3.

Portrait non-signé. Restauré par Richard Maelzer du 5 au 26 novembre 1969.

Né en 1748 à Trois-Rivières, décédé à Chambly en 1817. Parti pour la France en 1769 avec son père René-Ovide. Officier, il se bat en Corse. Revenu au Canada en 1772 pour combattre les rebelles américains. Il s'est battu contre les américains pendant le guerre d'Indépendance. Membre de la Chambre d'Assemblée, puis du Conseil législatif.

Achat de Madame C. Bertrand à Montréal au printemps 1966, par le Fond des Amis du Musée McCord.

Allodi 1991, ill. p. 230, cat. 92.

HARPER, J. Russell, Painting in Canada: a History , Toronto, 1966, page 74, plate no. 67.

Vie des Arts, no. 47, été 1967, page 18.

ANDRÉ, John: William Berczy Co-Founder of Toronto, Toronto, 1967, p. 104-105.

Provenance. Transmis par héritage dans la famille Hertel de Rouville. Jean-Baptiste Melchior Louis Charles Jacques Hertel de Rouville (fils de J. B. René et père de Charles de la Broquerie). Charles La Broquerie de Rouville (beau père de Mme. Germaine Germain et père de Charles). Mme. Germaine Germain, femme de Charles Hertel de Rouville, St-Eustache, Québec. Mme. Claire Bertrand, Montréal, 1946. Musée McCord, Montréal, achat en 1966.

Source : Mme. Hermine de Rouville (fille de Germaine Germain et de Charles de Rouville), St-Eustache, Québec.

Bibliographie. ALLODI, Moogk Stock, Berczy, (Édition), 1991, p. 75, 230 à 232.

ANDRÉ, John, William Berczy Co-Founder of Toronto, Toronto, (Édition),1967, p. 164-5.

AUDET, Francis, L'honorable Jean-Baptiste Melchior Hertel de Rouville, La Presse, 1 octobre 1927.

CARDINAL, Armand, Histoire de St-Hilaire, les Seigneurs de Rouville, (Édition),1980, p. 36 à 40.

CARDINAL, Armand, Les fondateurs de St-Hilaire, (Édition),1983, p. 18.

COLLECTIF, Le peintre et le nouveau monde, (Édition), 1967, p. 70.

COLLECTIF, Nos racines, histoire vivante des Québécois, vol.9, (Édition), 1979, p. 986.

COLLECTIF, Un moment dans l'histoire, Vingt ans d'acquisition de peintures, de dessins et d'estampes aux archives nationales du Canada, (Édition),1991, p. 190.

HARPER, J. Russell, La peinture au Canada, des origines à nos jours, (Édition), Toronto, 1966, p. 74.

HARPER, J. Russell, La galerie de portraits de la famille Hertel de Rouville, Vie des Arts, (Édition), no. 47, été 1967, p.18 no.3.

SÉNÉCAL, Eusèbe, Nos gloires nationales ou histoire des principales familles du Canada, (Édition), 1867, p. 293 à 295.

Exposition. 1887, Montréal.

1892, Montréal.

1966, Vancouver, Vancouver Art Gallery, Monuments of Canadian Art and History, 20 sept. Au 30 oct..

1967, Sir George Williams University, 28 féb. Au 19 mars.

1967, Montréal, Musée des Beaux-Arts, Le peintre et le nouveau monde, du 9 juin au 30 juillet.

1987, Montréal, Musée McCord, Face to Face With History.

1992, Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada, Berczy.

Vers 1830-1840

Attribué à Jean-Baptiste Roy-Audy (1778-1848), Jean-Baptiste René Hertel de Rouville (1789-1859), vers 1830-1840, Huile sur toile, 65 x 55 cm, Montréal, Musée McCord, M966.62.5.

Portrait non-signé. Premièrement attribué à William von Moll Sr. Berczy (1749-1813).

Officier du Régiment des Voltigeurs canadiens, Guerre de 1812; député à l'Assemblée législative du Bas-Canada.

Fils de Jean-Baptiste Melchior et Marie-Anne Hervieux. Hérite du titre et des biens de Seigneur de Rouville en 1817, un an après son mariage. Armée, Chateauguay, Salaberry en 1812. Assemblée et conseil législatif. Vend le manoir à Thomas Edmond Campbell en 1843.

Achat par le fond des Amis du Musée McCord.

HARPER, J. Russell, La galerie des portraits de la famille Hertel de Rouville, «Vie des Arts», no. 47, été 1967.

Pavillon du Québec de l'Expo 67, section Traditionnal Art, 28 avril au 26 mai 1967.

Musée du Québec, Jean -Baptiste Roy -Audy , 19 janvier au 20 février 1972.

McCord Museum, opening exhibition, March 5th - Oct 4th, 1971 - May 23 - Nov. 6, 1972

Face to Face with History, McCord Museum, Feb. 10, 1987.

Provenance : Transmis par héritage dans la famille Hertel de Rouville. Jean-Baptiste Melchior Louis Charles Jacques Hertel de Rouville (fils de J. B. René et père de Charles de la Broquerie). Charles La Broquerie de Rouville (beau père de Mme. Germaine Germain et père de Charles). Mme. Germaine Germain, femme de Charles Hertel de Rouville, St-Eustache, Québec. Mme. Claire Bertrand, Montréal, 1946. Musée McCord, Montréal, achat en 1966.

Source : Mme. Hermine de Rouville (fille de Germaine Germain et de Charles de Rouville), St-Eustache, Québec.

Bibliographie. COLLECTIF, Un moment dans l'histoire, Vingt ans d'acquisition de peintures, de dessins et d'estampes aux archives nationales du Canada, (Édition),1991, p. 190.

HARPER, J. Russell, La galerie de portraits de la famille Hertel de Rouville, Vie des Arts, (Édition), no. 47, été 1967, p.18 no.3.

SÉNÉCAL, Eusèbe, Nos gloires nationales ou histoire des principales familles du Canada, (Édition), 1867, p. 293 à 295.

Exposition. 1967, Montréal, Expo 1967 : Pavillon du Québec, Ancient Art, du 28 avril au 27 octobre.

1971, Montréal, Musée McCord, Opening exhibition, 5 mars au 4 octobre..

1971, Québec, Musée du Québec, Jean-Baptiste Roy-Audy.

1987, Montréal, Musée McCord, Face to Face With History.

Vers 1810

Attribué à William von Moll Berczy (1744-1813), Marie-Anne Hervieux, vers 1810, Huile sur toile, 62 x 49 cm, Montréal, Musée McCord, M966.62.4.

Portrait non-signé. Restauré par Richard Maelzer du 5 au 26 novembre 1969.

Épousa Jean-Baptiste Melchior Hertel de Rouville en 1784 à Chambly.

Achat de Madame C. Bertrand à Montréal au printemps 1966.

Vie des Arts, no. 47, été 1967, p. 19.

ANDRÉ, John: William Berczy Co-Founder of Toronto, Toronto, 1967, p. 136-137.

Photograph of painting included in Press kit for McCord opening exhibitions - March 1971.

Current Events, March 1973, p. 14.

Monuments of Canadien of Art & History , sept 20 - oct 30, 1966, The Vancouver Art Gallery.

Royal Ontario Museum, Sigmund Samuel Canadiana Bldg, William von Moll Berczy exhibition, March 15 - May 15 1968.

Pavillon du Québec de l'Expo 67, section Traditionnal Art, 28 avril au 26 mai 1967.

McCord Museum, opening exhibition, March 5th - Oct 4th, 1971 - May 23 - Nov. 6, 1972

Face to Face with History, McCord Museum, Feb. 10, 1987.

Provenance. Transmis par héritage dans la famille Hertel de Rouville. Jean-Baptiste Melchior Louis Charles Jacques Hertel de Rouville (fils de J. B. René et père de Charles de la Broquerie). Charles La Broquerie de Rouville (beau père de Mme. Germaine Germain et père de Charles). Mme. Germaine Germain, femme de Charles Hertel de Rouville, St-Eustache, Québec. Mme. Claire Bertrand, Montréal, 1946. Musée McCord, Montréal, achat en 1966.

Source : Mme. Hermine de Rouville (fille de Germaine Germain et de Charles de Rouville), St-Eustache, Québec.

Bibliographie. ALLODI, Moogk Stock, Berczy, (Édition), 1991, p. 75, 230 à 232.

CARDINAL, Armand, Histoire de St-Hilaire, les Seigneurs de Rouville, (Édition),1980, p. 36 à 40.

HARPER, J. Russell, La galerie de portraits de la famille Hertel de Rouville, Vie des Arts, (Édition), no. 47, été 1967, p.18 no.3.

Exposition. 1887, Montréal.

1892, Montréal.

1971, Montréal, Musée McCord, Opening exhibition, 5 mars au 4 octobre..

1966, Vancouver, Vancouver Art Gallery, Monuments of Canadian Art and History, 20 sept. Au 30 oct..

1967, Montréal, Musée des Beaux-Arts, Le peintre et le nouveau monde, du 9 juin au 30 juillet.

1968, Royal Ontario Museum, Sigmund Samuel Canadiana Bldg, William Von Moll Berczy exhibition, 15 mars au 15 mai.

1987, Montréal, Musée McCord, Face to Face With History.

1992, Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada, Berczy.

Vers 1820

Attribué à Jean-Baptiste Roy-Audy (1778-1848), Marie-Anne Hervieux Hertel de Rouville, vers 1820, Huile sur toile, 66,9 x 56,5 cm, Montréal, Musée des Beaux-Arts de Montréal.

Provenance. Benoît Barrette. Collectionneur privé, 1968. Musée des Beaux-Arts de Montréal, 1994 (don).

Bibliographie. ALLODI, Moogk Stock, Berczy, (Édition), 1991, p. 75, 230 à 232.

Vers 1830-1840

Attribué à Jean-Baptiste Roy-Audy (1778-1848), Anne-Charlotte Boucher de la Broquerie, vers 1830-1840, huile sur toile, 65 x 55 cm, Montréal, Musée McCord, M966.62.6.

Portrait non-signé. Restauré par Richard Maelzer du 5 au 26 novembre 1969.

Épouse de Jean-Baptiste René Hertel de Rouville.

Achat de Madame Claire Bertrand à Montréal au printemps 1966.

Vie des Arts, no. 47, été 1967, p. 20.

Portraits, People & Places , Sir George William University, Feb. 28 - March 19, 1967.

Musée du Québec, Jean -Baptiste Roy -Audy , 19 janvier au 20 février 1972.

McCord Museum, opening exhibition, March 5th - Oct 4th, 1971 - May 23 - Nov. 6, 1972.

Provenance. Transmis par héritage dans la famille Hertel de Rouville. Jean-Baptiste Melchior Louis Charles Jacques Hertel de Rouville (fils de J. B. René et père de Charles de la Broquerie). Charles La Broquerie de Rouville (beau père de Mme. Germaine Germain et père de Charles). Mme. Germaine Germain, femme de Charles Hertel de Rouville, St-Eustache, Québec. Mme. Claire Bertrand, Montréal, 1946. Musée McCord, Montréal, achat en 1966.

Source : Mme. Hermine de Rouville (fille de Germaine Germain et de Charles de Rouville), St-Eustache, Québec.

Bibliographie. HARPER, J. Russell, La galerie de portraits de la famille Hertel de Rouville, Vie des Arts, (Édition), no. 47, été 1967, p.18 no.3.

Exposition. 1967, Sir George Williams University, Portraits, People and Places, …., 28 féb. au 19 mars.

1971, Montréal, Musée McCord, Opening exhibition, 5 mars au 4 octobre..

1971, Québec, Musée du Québec, Jean-Baptiste Roy-Audy.

XIXe ou XXe siècle

Henri Beau (1863-1949), Hertel de la Frenière, seigneur de Rouville, chevalier de Saint-Louis (1642-1722), XIXe ou XXe siècle, huile sur toile, 65 x 54,4 cm, Ottawa, Archives nationales du Canada, 203-26-1.

Si nous nous fions à la fiche technique de cette oeuvre, conservée aux Archives Nationales du Canada, ce personnage est identifié comme étant François Hertel, sieur de La Frenière… (1642-1722). Cette identité soulève quelques petits problèmes.

Premièrement, ce François, est-ce Joseph-François ou son fils aîné Zacharie-François? Si nous nous fions sur les dates de vie et de mort fournis, ce personnage se trouverait être Joseph-François, né à Trois-Rivières (DBC, II, p. 292), mais si Joseph-François à été anobli, c'est cependant Zacharie-François (comme certains autres de ces frères) qui obtient la Croix de Saint-Louis (DBC, III, p. 310).

Deuxièmement, le titre de seigneur de Rouville n'est probablement applicable à aucun des deux François puisque ce n'est que Jean-Baptiste Hertel de Rouville (1668-1724), troisième fils de Joseph-François, qui en obtient la concession le 8 janvier 1694, de la main du gouverneur Buade de Frontenac (DBC, II, p. 296). Joseph-François était plutôt par le biais du mariage, le seigneur de Chambly. Le 19 mai 1701, on lui concède cependant deux lieux de front attenantes à la seigneurie de Rouville (DBC, II, p. 294).

Solution? Nous proposons que ce personnage est Joseph-François Hertel sieur de La Frenière, mais que les titres de seigneur de Rouville et de chevalier de Saint-Louis lui ont été assigné postérieurement, par association.

Surnommé « le Héros » par ces propres contemporains, Joseph-François fut l'un des plus grand militaire que notre pays ait connu. Né à Trois-Rivières en 1642, il commença son apprentissage de soldat en 1657 dès l'âge de 15 ans. Il participa à plusieurs reprise à la défense de son petit bourg, surtout que depuis le massacre de la ville le 19 août 1952, la contribution de tous ceux qui sont en mesure de porter les armes est devenue capitale.

Lors d'une sortie imprudente en juillet 1661, il fut fait prisonnier par des Iroquois. Après avoir été soumis à la torture, il fut adopté par une vieille dame. Après deux ans de captivité, il parvint à s'évader pour retourner dans sa ville natale, ou on le croyait mort.

En plus de servir d'interprète, Joseph-François c'est trouvé de tout les partie militaire de son époque (expédition de Courcelle au printemps 1666; celle de Tracy à l'automne 16666, celle de Frontenac de 1673, ect.). En 1678, envoyé par les autorités en mission à la baie d'Hudson, il se laissera tenter par la traite des fourrures. De retour dans la colonie, un sort similaire à celui de Radisson l'attend. Ses fourrures seront confisquées, il sera jeté en prison en plus d'écoper d'une amende de 200£. Mais faute de preuves de commerce illicite, il sera relâché.

Ce n'est que par la suite que commencent véritablement la série de ses exploits militaires. Sous les mandats successifs des gouverneurs La Barre et Denonville, on lui confiera le commandement de toutes les tribus alliées. C'est durant cette période qu'il mit au point la fameuse « méthode Hertel » (aussi connue sous le nom : guerre à la canadienne ou à l'amérindienne) qui s'inspire des méthodes de guerres amérindiennes et qui met en valeur l'attaque-surprise. C'est également durant cette période que se produisit ce que l'histoire va retenir sous le nom des « raids des Hertel ». Père et fils deviendront rapidement la terreur des Anglais et des amérindiens ennemis. De 1709 à 1712, il pourra mettre à profit sa connaissance des langues amérindienne dans sa nouvelle fonction commandant du fort Frontenac.

En raison de sa bravoure et de ses très nombreux services et exploits, Frontenac tenta de lui obtenir dès 1689 des lettres de noblesse. Mais l'humble nom Hertel ne disait rien en France, de plus ce dernier avait-il les moyens de tenir son nouveau rang de noble? Malgré tout, grâce aux multiples pressions faites par Frontenac, Raudot et Vaudreuil, presque un quart de siècle plus tard, il finit par recevoir le parchemin tant attendu en 1716.

Joseph-François mourut en 1722 et fut inhumé à Boucherville le 22 mai. Notons qu'à un certain moment lui et sept de ses fils servaient en même temps dans les troupes! Après sa retraite, il était fier de dire que tous ses enfants étaient sous les armes pour la défense du pays.