Cuiller à servir d'Ignace-François Delezenne aux armes de la famille Baby.

Léandre Pierre Boivin (1809-1873).

ANNEXES.

Collaboration de Céline Brunel.


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1800.11.08 — BANQ, notaire De Glandon. Contrat de mariage Pierre François Xavier Boivin à Catherine Ferland.

1809.02.15 — BANQ, Berthier, aujourd'hui Berthierville, fabrique Sainte-Geneviève. Baptistaire de Léandre Boivin. Voir transcription.

1809.05.12 — BANQ, notaire J. Vézina. Référence provenant de 1810.11.26.

1810.01.09 — BANQ, notaire J.-Bte McBean. Apposition de scellé à la réquisition de M. Judah Joseph au nom qu'il agit sur les meubles et effets de M. Pierre Xavier Boivin.

1810.01.25 — BANQ, notaire J.-Bte McBean. Inventaire des biens, meubles abandonnés par M. Pierre Xavier Boivin en faveur de ses créanciers. (13 folios = 26 pages, + 20 folios = 40 pages avec cordon).

1810.08.08 — BANQ, notaire J.-Bte McBean. Renonciation par D(am)e Catherine Ferlant épouse de Mr P.X. Boivin à la communauté d'entre elle et le dit Sr Boivin.

1810.10.10 — BANQ, notaire J.-Bte McBean. Concession par James Cuthbert à M. Pierre Xavier Boivin. Emplacement à Berthier au nord de la rue William ½ x 1 arpent.

1810.11.26 — BANQ, notaire J.-Bte McBean. Quittance par Mr Judah Joseph en sa qualité de sindic des biens de P.X. Boivin à Jean-Joseph Bouché (voir 1809.05.12).

1812.04.08 — BANQ, notaire J.-Bte McBean. Quittance générale par Mr Judah Joseph, sindic de la masse de P.X. Boivin à Charles Boivin [son frère].

1813.01.26 — BANQ, notaire J.-Bte McBean. Procuration par Mme Catherine Ferland épouse de Pierre Xavier Boivin, à Mr Jean Langevin, négociant de la Cité de Québec, de prendre en son nom, de Messire François Ranvoyzé, curé de Ste-Anne du Nord, un emplacement situé dans la ville de Trois-Rivières, avec une maison en pierre et autres bâtiments...

1814.10.18 — BANQ, notaire J.-Bte McBean. Vente par Judah Joseph en qualité de sindic de la masse de M. P.X. Boivin à Joseph Bouché dit Barbelle... un emplacement au sud-ouest de la rivière Bayonne.

1824.10.05 — OBAC, MG 28, III, 57 - Reel M-8275 vol 18, web. Bateau Lady Sherbrooke, 20th trip up, Quebec to Montreal, passager n° 10, Boivin Mr., En cabine, de Trois-Rivières à Montréal, £1/0/0.

1825.07.22 — OBAC, MG 28, III, 57 - Reel M-8276 vol 24, web. Bateau Lady Sherbrooke, 8th trip up, Quebec to Montreal, passager n° 49, Boivin L., In the Wing, vers Monréal, £0/15/0.

1828.06.07 — OBAC, MG 28, III, 57 - Reel M-8277 vol 36, web. Bateau Chambly, 10th trip up, Quebec to Montreal, passager n° 47, Boivin Leandre, Sur le pont, de Sorel à Montréal £0/2/6.

1829.05.23 — OBAC, MG 28, III, 57 - Reel M-8278 vol 38, web. Bateau New Swiftsure, 6th trip up, Quebec to Montreal, passager n° 1, Boivin Mr. L., En cabine, vers Trois-Rivières, £0/12/6.

 


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1830.04.20 — OBAC, MG 28, III, 57 - Reel M-8280 vol 52, web. Bateau John Molson, 1st trip up, Quebec to Montreal, passager n° 1, Boivin Mr. L., En cabine, vers Trois-Rivières, £0/12/6.

1830.07.01 — OBAC, MG 28, III, 57 - Reel M-8280 vol 49, web. Bateau Chambly, 14th trip up, Quebec to Montreal, passager n° 193, Boivin P., Sur le pont, de Trois-Rivières à Sorel, £0/2/6.

1833.01.16 — BANQ, notaire Louis Séraphin Martin dit Ladouceur, 16 janvier 1833 n° 76, M-620.1230 pdf. Bail, Angélique Desmarets epouse de Sr Raphaël Mellanby à Léandre Pierre Boivin. Voir transcription : Établissement.

1833.05.09 — La Minerve, p. 3 haut col. 3. Voir transcription : Établissement.

1833.06.27 — La Minerve, 27 juin 1833, p. 5 bas col. 4. Voir transcription : Établissement.

1835.02.10 — BANQ, notaire Louis Séraphin Martin dit Ladouceur n° 391 pdf. Bail à loyer par Dame Angélique Desmarest à Sr Leandre Pierre Boivin.

1835.11.14 — BANQ, notaire Louis Séraphin Martin dit Ladouceur n° 556, M-620.1231. Bail à loyer par Dame Angélique Desmarest à Sr Leandre Pierre Boivin.

1836.03.08 — BANQ, notaire Jean-Marie Mondelet fils n° 5927 pdf. Engagement de Robert Radford à Léandre Pierre Boivin.

1837.05.18 — BANQ, notaire Jean-Marie Mondelet fils n° 6028 pdf et calcul. Engagement de Henry Peacock à Léandre Pierre Boivin.

1837.12.13 — BANQ, Fonds Ministère de la Justice, Événements de 1837-1838, Les Fils de la Liberté, E17,S37,D18, web ou pdf. Voir transcription : Fils de la Liberté.


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1840.11.17 — BANQ, notaire Michel-Joseph Badeaux, n° 3113. Contrat de mariage, Léandre Pierre Boivin, Marguerite Amélie Caroline Whiteford.

1840.11.18 — BANQ, Trois-Rivières, Paroisse Immaculée Conception, 1 AC-48.7 39. Acte de mariage, Léandre Pierre Boivin, Marguerite Amélie Caroline Whiteford.

1841.01.19 — Trois-Rivières, Cathédrale de l'Assomption. 2e mariage de Caroline Amélie Schultz (tante de l'épouse de L.P. Boivin, Caroline Whiteford) veuve de Louis Marcoux, avec Charles Beaudry (aucune parenté avec les Beaudry ci-dessous). Le texte dit : en présence de Léandre Pierre Boivin. Il signe L.P. Boivin.

1841.08.28 — L'aurore des Canadas, p. 4 col. 1 milieu. Voir transcription : Prospérité.

1841.10.13 — BANQ, Joseph-Hilarion Jobin n° 3037 pdf. Engagement of William McConnell to Leandre P. Boivin.

1842.03.30 — BANQ, Joseph-Hilarion Jobin n° 3297 (à la dernière page de 1841.10.13 pdf). Cancelment of Engagt of Mr Wm McConnell to Leandre P Boivin.

1842.05.10 — Trois-Rivières, Notaire Michel-Joseph Badeaux n° 3391. Contrat de mariage de Pierre (Viau dit) Lespérance et Elizabeth Isabella Whiteford. Il signe LP Boivin.

1842.09.05 — Montréal, Notre-Dame. Mariage François Lemay et Séraphine Boivin « en présence de Sieur Léandre Pierre Boivin frère de l'épouse ». Il signe L.P. Boivin.

1842 — Recensement 1842, Canada Est, Montréal web. Rue St-Paul, ligne 17 Pierre Lespérance (arrière grand-père de notre collaboratrice Céline Brunel) et ligne 18 LP Boivin. Les commerces des 2 beaux-frères sont voisins. Il y a 9 personnes chez Pierre Lespérance, propriétaire de biens-fonds, et 7 personnes chez LP Boivin, horloger, non propriétaire. Pierre Lespérance s'est ultérieurement établi à Longueuil.

1842 — Lafontaine 1855, p. 3 des annonces à la fin du livre. Joseph Lovis travaillera 13 ans avec Léandre Pierre Boivin avant de s'établir à son propre compte en 1855.

1842 — L'information publiée par Traquair 1940 (p. 44) et Langdon 1966 (p. 51) à l'effet que Boivin est établi en 1842 au coin des rues Notre-Dame et St. Vincent ne correspond pas aux données des sources ici compulsées.

1842-1843 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN, L.P., watchmaker, 80 St. Paul Street. P.B. Lesperance, dry goods, 78, 82 & 86 St Paul street. Notaire JH Jobin, 83 St Paul street. Un fils de Pierre Lespérance a épousé la fille d'un marchand quincaillier (Leste) aussi proche voisin. Je me demande si P. Lespérance aurait rencontré Elizabeth Whiteford grâce à ce voisinage avec L.P. Boivin ?

1843.06.16 — Montréal, Notre-Dame. Baptême de Pierre Benjamin Alfred, fils de Pierre Lespérance et Elizabeth Whiteford. Parrain : Léandre Pierre Boivin, marraine Caroline Whiteford, qui ont signé. L'enfant est décédé le jour même.

1843.07.13 — La Minerve, p. 4 col. 4 bas. Voir transcription : Prospérité.

1843.08.03 — La Minerve, p. 2 col. 2-3. Voir transcription : Annonces et oeuvres exceptionnelles.

1843-1844 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN, L.P., watchmaker, 80 St. Paul Street, résidence Sanguinet near Craig street.

1844.02.09 — BANQ, notaire Joseph-Hilarion Jobin, n° 4228 pdf. Bail à loyer par Sr Hubert Sentenne à Sr Léandre P. Boivin. « [...] La partie [...] d'une Maison en pierres à deux étages [...] située [...] de la rue St Dominique au faubourg St Laurent de cette dite cité [...] moyennant le prix et somme de Quarant Livres du Cours actuel, de loyer pour la dite année du présente bail [...] » Bail résilié le 12 février 1844.

1844.02.13 — Notaire A. Desmarais : cité dans 1845.01.30. Bail à loyer par Joseph Belle, notaire, à Léandre Pierre Boivin, d'une « maison en pierres & bricque, à deux étages, avec Cour, bâtimens et autres dépendances, le tout situé au Faubourg St. Laurent, de cette dite ville, bornée par devant par la dite rue S.te Elizabeth ».


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1845.01.11 — BANQ, notaire Abraham Desmarais, n° 601 pdf. Bail à loyer par Hubert Paré Ecuier à L. Pierre Boivin. « [...] une maison en pierre à deux étages connue sous le numéro deux dans le Faubourg St. Laurent de cette dite Cité sur la Rue St Charles Boromée tenant au front à la dite rue d'un côté au Nord Est par le numéro trois au Sud Ouest d'une [...] par derrière à François [Tavernier] avec la cour et les dépendances qui s'y trouvent érigées telle qu'elles sont [en état] maintenant [...] Il est de plus convenu entre les dites parties, que le dit preneur pourra occuper les dites premisses deux années après l'expiration de celle en premier lieu mentionnée, aux même charges clauses et conditions que ci dessus relatées pour [...] toujours que le dit preneur en donne avis au dit Bailleur trois mois avec l'expiration des présentes [...] moyennant la somme ce cinquante livres cours actuel de cette dite Province de loyer [...] »

1845.01.30 — BANQ, notaire Abraham Desmarais n° 611 pdf. Notification à la requisition de sr J. Belle, N.P. à Sieur Léandre Pierre Boivin.

« [...] A la requisition de Me Joseph Belle, Notaire, demeurant en la Cité de Montréal ;

Les Notaires Publics [...] se sont exprès transportés au domicile de Sieur Léandre Pierre Boivin, Jouaillier & Horloger, de la dite Cité de Montréal ; ou étant et parlant à une personne raisonnable à son service.

lui ont dit, déclaré et notifié,

Qu'attendu que par Bail paſsé devant Me A. Desmarais et son confrère, Notaires, le treize Février, Mil huit cents quarante quatre, le dit requérant auroit loué à lui dit Léandre Pierre Boivin, pour une année qui [échoira] le premier de Mai prochain, une maison en pierres & bricque, à deux étages, avec Cour, bâtimens et autres dépendances, le tout situé au Faubourg St. Laurent, de cette dite ville, bornée par devant par la dite rue S.te Elizabeth ; par derrière et d'un coté par le dit requérant, et d'autre coté par John Boston, Ecuier, la dite maison avec ses jalousies doubles, Chaſsis et portes d'hiver.

Que la maison, batimens et dépendances susdits auroit été livrés par le dit requérant au dit Léandre Pierre Boivin neufs et dans un Etat parfait, ainsi que toutes leurs acceſsoires.

Que les dits biens auroient été ainsi loués par le dit requérant et auroient été pris par le dit Léandre Pierre Boivin pour être occupés par ce dernier comme résidence et non autrement.

Que sans le consentement du dit requérant et hors sa connoiſsance, les dits Léandre Pierre Boivin, auroit établi et fixé dans une des principales Chambres du deuxième étage de la dite maison, une boutique d'orfêvre où il auroit employé et employe encore plusieurs ouvriers qui y travaillent journellement de l'orfêvrerie et autres ouvrages ce qui auroit noirci les plafons, enduits & [...] de cette partie de la dite maison et auroit ; d'ailleurs, endommagé considérablement le dit deuxième étage de la dite maison.

Que par une clause inserée dans le dit Bail le dit Léandre Pierre Boivin, se seroit obligé de livrer la dite maison, batimens & dependances, en tel et semblables état qu'il les receveroit.

Et vu que le dit Bail expire au premier de Mai prochain, ainsi que sus dit ; et que le dit requérant n'entend pas le continuer après le dit jour, premier de mai prochain.

En conséquence les dits Notaires à la requisitions susdite, ont donné, requis et interpellé le dit Léandre Pierre Boivin en parlant comme susdit, de ce jour, dès ce jour, de tenir boutique dans aucune partie de la dite maison ; d'y faire disparoitre toutes noirceur et traces causées par et résultant de la dite boutique et l'ont, en même temps notifié de livrer & remettre au dit requérant ce dit jour, premier de mai prochain, la dite maison, avec batimens et dépendances, dans le même etat qu'il les a reçus du dit requérant, c'est à dire, sans aucunes dégradations et avec les enduits, plafonds, serrures, clefs, portes, chaſsis, jalousies et touts acceſsoires et dépendances dans l'Etat qu'il est tenu de les livrer par et en vertu du dit Bail, le tout à peine de tous depens, dommages et intérêts soufferts et à souffrir faute par le dit Léandre Pierre Boivin, de se conformer à la présente sommation et protestation, à l'effet de quoi les dits Notaire, à la requisition susdite, ont, dès en avant, protestés et par les présentes protestent solennellement contre le dit Leandre Pierre Boivin et contre tous autres qu'il appartien [...], les dits Notaires, laiſsé copie des présentes au derrière du dit Leandre Pierre Boivin, en parlant comme susdit [...] »

1845.06.07 — La revue canadienne, p. 241 col. 1 bas avec une longue liste de produits. Voir transcription : Prospérité.

1845.09.11 — La Minerve, p. 4, col. 1 haut. Voir transcription : Prospérité.

1845-1846 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN, L.P., watchmaker, 80 St. Paul Street, résidence St. Charles Borromée near Craig street.

1846.01.05 — Trois-Rivières. John Whiteford, le père d'Elisabeth et Caroline, né protestant anglican en Irlande (du nord aujourd'hui), est baptisé catholique, 2 mois après le décès de son épouse catholique Emily Schultz, avec qui il s'était marié à l'église protestante de William Henry (Sorel) en 1823.

1846.01.24 — BANQ, notaire Henry Laparre n° 1427 pdf. Achat d'un terrain par Léandre Pierre Boivin, au prix de 30£, rue de Paris au Faubourg Sainte-Marie.

1846.06.04 — BANQ, notaire Abraham Desmarais, n° 873 pdf. Protêt à la Requisition de L.P. Boivin contre Thomas Lamothe.

«  L'an mil huit cent quarante six le quatrième Jour du mois de Juin après midi, à la requisition de Sieur Léandre Pierre Boivin, Joaillier résidant en la cité de Montréal, les notaires publics pour cette partie du Canada, ci-devant appellés la Province du Bas-Canada, residant en la Cité de Montréal soussignés se sont exprès transportés au domicile de Sieur Thomas Lamothe entrepreneur et menuisier résidant au dit lieu de Montréal où étant et présent à une personne raisonnable de sa maison lui ont dit, déclaré et notifié,

Qu'attendu que lui et sieur Thomas Lamothe se serait engagé et obligé verbalement dans le courant du mois d'Avril dernier de faire et parachever à dire d'experts et gens à ce connaissant au dit Sieur requerant les réparations et ouvrages ci après désignés à une partie de maison (qui forme [le centre] d'icelle) à un étage sise et située sur la rue St Paul tenant d'un côté à l'est au marché et d'autre coté à l'ouest et par derrière à Simon [Nolais] et un grand chassis à vitreau sur le devant de la dite partie et maison et une porte vitrée, le tout garni de vitres, ferrures et autres choses nécessaires et sur l'arrière de la même partie de maison un appartement aux fins d'être employé comme boutique de Joaillier, avec aussi les chassis et portes nécessaires ferrés et vitrés convenablement.

Que loin de se conformer à ses engagements et obligations sus mentionnées, le dit Sieur Thomas Lamothe aurait négligé et se serait refusé malgré les sommations et protestations du dit requerant de finir et parachever les dits ouvrages conformement a ses dites obligations, l'eau s'introduisant en grand abondance dans la dite partie de maison à chaque fois qu'il pleut par les ouvertures sus mentionnées et par l'imperfection des dits ouvrages ne fermant pas juste et étant déjà débraillés par le défaut de solidité, ce qui causerait de grand dommage aux marchandises et instruments du metier de Joualier appartenant au dit requérant, le tout au grand détriment et préjudice de ce dernier.

C'est pourquoi les dits notaires à la requisition sus dites ont sommé requis et interppellé le dit Sieur Thomas Lamothe en [partant] comme dit est; de réparer immediatement toute et chacune les portes et chassis de la dite partie de maison tant sur le devant d'icelle que sur l'arrier de manière à ce q l'eau dans aucun temps de l'année, n'y puisse s'introduire comme par le passé et faire en sorte que ni les marchandises, effets, ni les instruments de metier de Joaillier ne soient en aucun temps détruits ni endommages et ni exposés à de telles destruction et le tout à être executé dans le délai de vingt quatre heures, et sinon et à défaut par lui dit Sieur Thomas Lamothe de se conformer à la présente sommation et requisition, le dit requerant se pourvoira contre lui par tous les moyens de droit, pour l'y faire contraindre et obliger, et prendra en outre [...] que la loi lui permettra pour faire condamner le dit sieur Thomas Lamothe à tous les frais, pertes, dépens dommages et intérêts déjà soufferts et à souffrir pour les causes et raisons sus dites à l'effet de quoi les dits notaires à la requisition sus dite font contre le dit Sieur Thomas Lamothe et contre tous autres qu'il appartiendra toutes sommations et protestations requises et nécessaires et ont laissé copie des présentes au dit docimile du dit Sieur Thomas Lamothe à fin qu'il n'en puisse prétendre cause d'ignorance.

été dit et protesté au dit Montréal, mois et an que dessus en premier lieu mentionnés et les dits notaires ont signé /: neuf mots rayés sont nuls et cinq autres mots en marge approuvés bons. »

1846.10.20 — Mélanges religieux, scientifiques politiques et littéraires, Vol. 9, n° 74, p. 572. Voir transcription : Annonces et oeuvres exceptionnelles.

1846.10.22 — La Minerve, p. 2 col. 5 milieu, « CITATION DES JOURNAUX. (Des Mélanges Religieux) Nous venons de voir une pièce d'argenterie représentant une annonciation qui est d'une exécution finie. Ce superbe morceau, frappé à froid sur une platine d'argent, d'environ huit pouces de diamètre, sort de l'atelier de M. Boivin, orfèvre, vis-à-vis le marché neuf, rue St Paul. On ne peut rien désirer de plus parfait en ce genre ; le visage de la Vierge, ainsi que celui de l'ange, est d'une vérité d'expression admirable, et représente au parfait le naturel de la gravure qui a servi de modèle ; c'est le premier ouvrage de ce genre, nous dit-on, qui ait été frappé dans ce pays ; et nous ne croyons pas que les morceaux qu'on nous importe d'Europe puissent le surpasser. Ce sera encore pour le pays une amélioration ; puisque M. Boivin a intention de former, dans ce genre de sculpture en relief sur argent, plusieurs jeunes élèves canadiens, qui, nous n'en doutons pas, réussiront aussi bien que tous nos autres compatriotes, dans tous les genres, où ils se sont exercés. M. Boivin prie les messieurs du clergé, ainsi que tous les connaisseurs en général de vouloir bien se donner la peine, en passant près de son atelier, d'y arrêter un instant, pour se former une idée de l'excellence du travail de cette pièce d'argenterie, qui sans aucun doute, peut passer pour un chef-d'oeuvre dans son espèce. »

1847.06.07 — La Minerve, p. 3 col. 2. Voir transcription : Prospérité.

1847.07.21 — Journal de Québec, p. 2. Une médaille remise au célèbre prédicateur, « l’apôtre de la tempérance », Charles Chiniquy.

1847.11.18 — La Minerve, p. 3. Bijouterie, pendules, coutellerie fine. St. Paul, 80, place Jacques Cartier.

1847.11.25 — BANQ, notaire Joseph-Hilarion Jobin n° [6080 ou 6090] pdf. Vente d'un emplacement N° 157 a Longueuil par Sr Joseph Ed. Guilbault & son épouse D.me Sophie Labbée à Sr Leandre P.re Boivin. Suivi de l'annulation le 1848.07.06.

1847.12.30 — La Minerve, p. 2. Montres, bijouteries, autres articles. Notre-Dame & St. Vincent, Nouveau magasin.

1847 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN, L.P., watchmaker, 80 St. Paul Street, résidence St. Charles Borromée near Craig street.

1848.02.24 — La Minerve, p. 3 col. 2. « Le Soussigné offre en vente une HORLOGE convenable pour une bâtisse publique ; elle sonne les quarts, les avant-quarts et les heures. Cette pièce serait bien convenable pour une église de ville ou village. C'est le Cadran qui était ci-devant au Muséum de feu M. Joseph Cajetan-Leblanc. L.P. BOIVIN, rue Notre-Dame, à l'encoignure de la rue St.Vincent. 24 fév. »

1848.05.08 — La Minerve, p. 3 col. 5. « L.P. BOIVIN, Coins des Rues Notre Dame et St.Vincent, Avertit de nouveau ses pratiques que tout son établissement est réuni dans ce nouveau local, et qu'il a tout-à-fait abandonné son ancien magasin de la rue St.Paul, vis-à-vis la Place Jacques Cartier. Il attend incessamment par les prochains arrivages un RICHE ASSORTIMENT de MONTRES, BIJOUTERIE, articles de goût, etc., etc. 4 mai. »

1848.07.06 — BANQ, notaire Joseph Hilarion Jobin n° [6503 ou 6505 ou 6506], M-620.394. Annulation de la vente du 1847.11.25 à la suite de ce même document pdf.

1848.09.05 — La Minerve.

1848.11.27 — La Minerve, p. 3. « MONTRES DE GENÈVE Le Soussigné vient de recevoir un riche assortiment de MONTRES DE GENÈVE de toutes descriptions, qu'il a commandé lui-même et dans lesquelles son nom se trouve gravé. A vendre à bas prix. L.P. BOIVIN, Coin des rues Notre Dame et St.Vincent. 9 oct. »

1848 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN, L.P., watchmaker, 88 Notre Dame street.

1849.03.03 — BANQ, notaire François-Clovis Basinet, n° 10 pdf. Procuration par Léandre P. Boivin, Ecuier, Horloger, à Frédéric Braün, Ecuier, avocat « dans l'affaire Laurent Gauthier, ci devant Horloger de la Cité de Québec et maintenant banqueroutier », afin de le représenter à toutes les assemblées des créanciers, syndics, ainsi qu'à la cour.

1849.05 — Trudel 1955, p. 98-100. Voir transcription : Annonces et oeuvres exceptionnelles.

1849.07.12 — La Minerve.

1849.07.21 — Journal de Québec, p. 2. Une médaille remise au célèbre prédicateur, « l’apôtre de la tempérance », Charles Chiniquy.

1849.12.24 — La Minerve, p. 2 col. 5 milieu. Loterie, montres, pendules, argenterie, bijoux, autres articles.

1849.12.27 — La Minerve, p. 3 col. 2. « CADEAUX DU JOUR DE L'AN OBJETS UTILES Montres, Argenterie, Bijouterie, &c Le soussigné prie ses amis et ses nombreuses pratiques de ne pas oublier, à la veille du JOUR DE L'AN, qu'il a en main un assortiment choisi et des plus étendu, BIJOUTERIE, ARGENTERIE &c. comprenant une foule d'objets utiles et propres à offrir comme cadeaux du jour de l'an, tels que Montres en Or et en Argent, Chaînes, Epinglettes, Bracelets, Loquets, Dés en Or et en Argent &c. L.P. BOIVIN. Coin des rues Notre-Dame et St.-Vincent. -24 déc.} 27 »

1849 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN, L.P., watchmaker, 88 Notre Dame street.


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1850.09.24 — La Minerve.

1850 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN, L.P., watchmaker, 88 Notre Dame street.

1850.05.16 — La Minerve, p. 3 col. 4 bas. « L.P. BOIVIN , Coins des rues Notre-Dame et St. Vincent, Informe respectueusement ses amis et le public en général, qu'il reçoit actellement (sic) un riche assortiment de Montres en or et en argent, pour dames et messieurs, chaînes d'or de col et autres, clefs d'or, plumes en or anglaises et américaines, porte-crayons en or et en argent, boutons de chemise en or et en écaille, lunettes, lorgnettes, porte-monnaies, bourses brodées, nouveaux patrons, horloges françaises, anglaises et américaines, ainsi qu'une variété d'articles en bijouteries, &c.-13 mai. »

1850.11.18 — La Minerve, p. 3. Montres, bijouteries, chaines, bagues, épinglettes, objets de fantaisie, pendules en papier mâché, cuillères et fouchettes. Notre-Dame & St. Vincent, coin.

1850.12.23 — La Minerve, p. 3 col. 4 haut. Grande loterie avec liste des 100 articles offerts en prix. Notre-Dame & St. Vincent, coin.

1851.08.12 — La Minerve, p. 3. Objets de fantaisie, longue liste. Notre-Dame & St. Vincent, coin.

1851.12.12 — La Minerve, p. 3. Montres, bijoux, articles plaqués, objets de fantaisie, horloges, miroirs. Notre-Dame & St. Vincent, coin.

1851 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN, L.P., Annuaire non paru.

1851 — Census of Savannah, Dwelling n° 55, Family n° 555, Line 18, web.

1852.01.19 — Papineau 2004, p. 397-398.

« Mon Cher Amédée [...] Lundi 19 janvier 1852 [...] L'automne dernier, Aimond t'avait parlé de son désir d'avoir une pendule. Sache des vendeurs si elle peut être apportée sans risque en traîneau, et procure-lui-en une, ou par son beau-père s'il y en avait de toute réglée, ou plus tard s'il faut la faire régler par quelque autre occasion qu'il t'adressera. Boivin 567. L. Boivin, horloger et bijoutier, 86 rue Notre-Dame. LMD [Lovell's Montreal Directory]. m'a vendu la mienne, qui est très bonne, cinq piastres. L'on me dit qu'elles se vendent encore moins maintenant. Vois à cela. Il s'en rapporte à ton goût pour le choix de la boîte. »

1852.04.06 — La Minerve, p. 2. Montres, bijouteries, &c. Embellissements considérables au local.

1852.04.06 — La Minerve, p. 3. Montres et bijouteries nouvelles. Notre-Dame & St. Vincent, coin.

1852.06.09 — La Minerve, p. 2 col. 4 bas. Bracelet en argent d'un ouvrier de Boivin. Voir transcription : Annonces et oeuvres exceptionnelles.

1852.09.07 — La Minerve, p. 4. Vases en verre d'Allemange. Notre-Dame & St. Vincent, coin.

1852.12.24 — La Minerve, p. 3. Bijoux et marchandises de goût. Notre-Dame & St. Vincent, coin.

1852 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN, L.P., watchmaker and jeweller, 88 Notre Dame.

1853.01.25 — BANQ, notaire William Ross, n° 4019 pdf. Protest AH Campbell to L.P. Boivin.

« Toronto 23d December 1852 £250.0.0 Halifax Currency Thirty days after date please pay to the order of ourselves at the office of the Commercial Bank at Montreal the sum of Two Hundred and fifty Pounds for value received and oblige yours most respectfully Signed Mr Rossin & Brother

To L. P. Boivin Esq Jewellery Establishment Montreal

Endorsed

Pay John Cameron Cashr. or order

Mr Rossin & Brother

Pay [C S] Roſs by Cashr or order

[Jho] Cameron

Pay A H Campbell by Cashr or order

C S Ross cash

In this Twenty fifth day of January in the year 1853

J. William Ross, notary public for Lower Canada, dwelling at Montreal, in Lower Canada, at the request of Archibald Hamilton Campbell Cashier of the Branch in the City of Montreal of the Commercial Bank of the Midland District Kingston did exhibit the Original Bill of Exchange, whereof a true copy is above written unto L. P. Boivin the acceptor thereof at the office of the Commercial Bank at Montreal being the specified place where the Bill is payable, and there speaking to a clerk did demand payment of the said Bill, unto which demand he answered "no funds"

Wherefore I, the said Notary, at the request aforesaid, have protested, and by these presents do protest against the acceptor drawers & [Endowers] of the said Bill, and all other parties thereto or therein concerned, for all exchange, re-exchange, and all costs, damages and interest, present and to come, for want of payment of the said Bill. All which I attest under my Signature. Protested in Duplicate.) W. Ross Not. Pub.

Montreal this Twenty fifth day of January in the afternoon, in the year one thousand eight hundred and fifty-three To Mr Roſsin & Brother at Toronto Canada West

Sir, Your Bill of Exchange for £250.0.0 H Cy dated Toronto the 23d December 1852 upon L. P. Boivin in favor of yourselves payable thirty days after date was this day, at the request of Archibald Hamilton Campbell, Esquire, Cashier of the Branch, in the City of Montreal, of the Commercial Bank of the Midland District, Kingston, in the Province of Canada, duly Protested by me for non payment. W. Ross Not. Pub.

Montreal, this Twenty fifth day of January in the afternoon in the year one thousand eight hundred and fifty three to John Cameron Cashier Commercial Bank at Toronto Canada West

Sir, Mes.rs Mr Roſsin & Brother Bill of Exchange for £250.0.0 H Cy dated at Toronto the 2[3] December 1852 upon L P Boivin in favor of themselves payable thirty days after date and by you endorsed, was this day at the request of Archibald Hamilton Campbell, Esquire, Cashier of the Branch, in the City of Montreal, of the Commercial Bank of the Midland District, Kingston, in the Province of Canada, duly Protested by me for non payment. W. Ross Not. Pub.

And afterwards, I, the aforesaid protesting Notary Public, did serve due notice in the form prescribed by law, of the forgoing protest, for non payment of the Bill thereby protested upon M. Rossin & Brother the drawers by depositing such notice directed to the said M Roſsin & Brother at Toronto Canada West [under] Majesty's post office in this City on the 26th day of January 1853 and prepaying the postage thereon & upon John Cameron the endorser by depositing such notice directed to the said John Cameron Cashier Commercial Bank at Toronto Canada West [under] Majestys post office in this City on the 26 day of January 1853 and prepaying the postage thereon In Testimony Whereof, I have, on the las mentioned day and year, at Montreal aforesaid, signed these presents. W. Ross Not. Pub. »

1853.04.12 — La Minerve, p. 3. Montres, bijoux, objets de piété. Notre-Dame & St. Vincent, coin.

1853.05.07 — BANQ, notaire William Ross, n° 4915 pdf. Protest A.H. Campbell vs L.P. Boivin.

1853.05.14 — BANQ, notaire John Carr Griffin, n° 10174 pdf. Protest at the request of Joseph W. Bowes of a promissory note of £100.0.0 Cy drawn by L. P. Boivin endorsed by James Cunningham, Jennings Hamott & Adams Newark N.J.

1853.09.17 — La Minerve, p. 2. Bijouteries.

1853.10.21 — Longueuil, Saint-Antoine-de-Pades. Baptême de Pierre Joseph Guillaume (ou William, dit Willy), fils de Pierre Lespérance et Elizabeth Whiteford. Parrain Léandre Pierre Boivin, marraine Caroline Whiteford, qui ont signé.

1853 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN, L.P., watchmaker and jeweller, 86 Notre Dame. 1854 — BOIVIN, L.P., watchmaker and jeweller, 86 Notre Dame. 1855-1856 — BOIVIN, L.P., watchmaker & jeweller, 116 Notre Dame.

1854.04.29 — La Minerve, p. 3. Montres, bijouteries, coutellerie fine &c. Notre-Dame & St. Vincent, coin.


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1855.02.21 — BANQ, notaire John Carr Griffin, n° 12172 pdf. « Protest at the request of The Bank of Montreal, of a Promissory Note, drawn by LP Boivin endorsed by Platt & Brothers et al. New York January 18th 1855 $255. One month after date I promise to pay to the order of Platt & Brothers at Montreal Canada Two hundred and fifty five Dollars value received with the current rate of Exchange in New York at maturity [signed] L.P Boivin (Endorsed) Platt & Brothers Pay Corning & Co. on order [HJ] Patterson [...] Cash Pay to the order of A Simpson Cash. Corning & Co. »

1855.05.28 — BANQ, notaire John Carr Griffin, 28 mai n° 12600 pdf. Protêt Bank of Montreal, Jones Bale & Company, pour £150.2.0.

1855.06.06 — BANQ, notaire John Carr Griffin, n° 12647 pdf. Protest at the request of The Bank of Montreal of a Promissory Note, drawn by A. Lauder endorsed by L.P. Boivin.

« £100.0.0 Belleville 3rd March 1855 Three months after date I promise to pay L.P. Boivin or Order at the Bank of Montreal in Montreal the Sum of On hundred pounds @cy for value received. A. Lauder Endorsed, L.P. Boivin »

Andrew Lauder (~Lawder) est le fils du 1er mariage de Mme James Whiteford, née Mary Jamieson, veuve de William Lauder dont elle avait eu 3 fils. Elle épousa James Whiteford à Belleville, St-Thomas Anglican Church 1844-07-25, mais ils n'eurent pas d'enfants, bien qu'ils accueillirent un petit-neveu, James W. Whiteford (1861 Census) descendant de William Whiteford (ville de Québec), le frère de John W. (Trois-Rivières) et de James W. (Belleville).

1855.07.02 — BANQ, notaire John Carr Griffin, 2 juillet 1855 n° 1275[4] pdf. Protêt The Bank of Montreal, Peter A. Frasse, Corning & Co., T. Patterson et A. Simpson de New York pour £62.10.0.

1855.07.05 — La Minerve, p. 2 web ou pdf. Voir transcription : Service présenté à P. E. Leclerc écr..

1855.07.21 — BANQ, notaire John Carr Griffin, 21 juillet 1855 n° 12825 pdf. Protêt The Bank of Montreal, Platt & Brother, Corning & Co. et A. Simpson pour $266,55.

1855 — Lafontaine 1855, p. 29, 80, 87, 153 et 3 des annonces à la fin du livre. « L'Institut a continué à recevoir les gratifications de plusieurs de nos compatriotes et d'étrangers. Votre comité mentionnera ici celle de L. P. Boivin, écr., qui a mis à notre disposition une médaille pour le prix d'un essai. Un seul essai a été reçu, et remis aux juges du concours par votre comité. [...] Votre Comité a le plaisir de vous rappeler que M. L. P. Boivin a encore mis a votre disposition une médaille d'argent pour le prix d'un essai dont le concours est annoncé pour le 15 de février prochain. » Joseph Lovis a travaillé 13 ans avec Léandre Pierre Boivin avant de s'établir à son propre compte en 1855.

1856.03.31 — BANQ, Cour supérieure, p. 496-497 n° 855 pdf. Jugement en faveur de la Banque du Peuple, contre W.A.J. Whiteford, « orfèvre et commerçant de la ville des Trois Rivières », et Léandre P. Boivin, conjointement, pour un billet à ordre du 18 juillet 1855, le tout pour une somme 36£5s.

1856.06.13 — BANQ, notaire Casimir-Fidèle Papineau, n° 1508 M-620.952 pdf. Quittance de la Banque du Peuple à Banque du Peuple et Léandre P. Boivin.

1856.04.12 — La Minerve, p. 4. Boivin & Beaudry Agents, Bijouteries, montres, &c. Notre-Dame & St. Vincent, coin, vis-à-vis le Palais de justice.

1856-1857 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN & BEAUDRY, watchmakers & jewellers, 116 Notre Dame.

1856-1858 — Langdon 1966, p. 51 : « -1856-1858- Partnership of E.P. Boivin and Narcisse Beaudry 116 Notre-Dame St. » Mésinterprétation à corriger car il s'agit de Léandre-Pierre Boivin et d'Édouard-Eugène Beaudry.

1857.05.23 — La Minerve, p. 3. Boivin & Beaudry, horlogers, joailliers et orfèvres. En argenterie, services à Diner. Notre-Dame, rue.

1857.10.15 — BANQ, notaire Joseph Hilarion Jobin, n° 8463 M-620.397 pdf. Vente par Léandre Pierre Boivin à Charles J. Dunlop de 4 terrains contigus situés à Saint-Antoine de Longueuil au prix de 20£.

1857-1858 — Annuaire Lovell de Montréal. BOIVIN & BEAUDRY, watchmakers & jewellers, 116 Notre Dame, résidence 34 St Vincent.

1858.04.20 — La Minerve, p. 2 bas col. 4 et 3 bas col. 1. Voir transcription et reproduction : Fin. E.E. Beaudry succède à Boivin. Bijouteries, &c. E.E. Beaudry successeur et ancien associé de L.P. Boivin, fabriquant et importateur de toutes espèces de bijouteries et argenteries. Longue liste d'objets. Notre-Dame & St. Vincent, coin.

1858.05.11 — Montréal, Notre-Dame de Grâce. Mariage de son neveu Edouard Eugène Beaudry (Famille Germain BEAUDRY & Luce Boivin, soeur de L.P. Boivin). Il signe LP Boivin.

1859.12.17 — La Minerve, p. 3. Maison Beaudry, E.E. Beaudry, jouets, bijoux, montres, objets de fantaisie, parfumeries, pommades. St. Vincent, coin, face au Palais de justice.


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1860.08.07 — Recensement, « Schedule 2, Slave inhabitants in the City of Savannah, 3rd Dist. in the County of Chatham State of Georgia », p. 43, lines 32-33. « Frances M. Guilmartin is the slave owner of one 26 yrs old black woman and one 2 years old mulatto girl ». On ne donne pas les noms des esclaves, mais il s'agit probablement de Mary Ann et de sa mère.

1860.10.02 — BANQ, notaire Joseph Hilarion Jobin, n° 9208 M-620 pdf. Léandre Pierre Boivin, « ci-devant Horloger et Bijoutier, de la Cité de Montréal, actuellement Gentilhomme demeurant en la Ville de St. Hyacinthe », fait donation à Mr. Edouard-Eugène Beaudry du lot n° 55, section D, au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges, « en témoignage de l'amitié qu'il lui porte depuis longtemps ». Cimetière Notres-Dames-Des-Neiges : lot et plan.

1861.10.29 — Saint-Hyacinthe-le-Confesseur. Mariage Léonard Irénée Boivin (son neveu). Il signe L.P. Boivin parmi les 19 signatures.

1861.11.11 — BANQ, notaie Adolphe-Théophile Désilets, n° 208 pdf. Dame Marie Marguerite Emilie Caroline Whiteford, épouse séparée contractuellement de biens de Monsieur Léandre Pierre Boivin, bourgeois, signe une procuration générale en sa faveur.

1861 — Recensement 1861, Canada Est, Cité de Saint-Hyacinthe web ou pdf. [Famille Boivin :] Léandre Boivin, bourgeois, 60 ans [52 ans en réalité], Marie Whiteford 37 ans, Julie Dutilly engagée 23 ans, Marie Boivin 5 ans, Joseph 3 ans, Edouard Albert 1 an. [Famille St-Denis :] Jean-Baptiste St-Denis marchand 49 ans (une maison en brique de 3 étages abritant 2 familles), Hermine Boivin [soeur de Léandre] 51 ans, Narcisse St-Denis 14 ans, Virginie St-Denis 9 ans, Geneviève Maheu engagée 25 ans, Isabelle Lupien engagée 20 ans.

1863.01.07 — Longueuil, Saint-Antoine de Pades. Mariage de son neveu Léonard Beaudry (Famille Germain BEAUDRY & Luce Boivin, soeur de L.P. Boivin). L.P. Boivin est présent.

1863.05.07 — Berthier, Sainte-Geneviève. Mariage de son neveu Narcisse Albert Beaudry (Famille Germain BEAUDRY & Luce Boivin, soeur de L.P. Boivin). Le texte dit : Léandre Pierre Boivin, tenant lieu de père de l'époux. Il signe LP Boivin.

1864.03.21 — BANQ, notaire Théodore Benjamin Doucet, n° 21500 pdf. Lease The Trust & Loan Co. of Upper Canada to L.P. Boivin.

« [...] eighth day of the present month of March to the first day of May one thousand eight hundred and sixty five [...] to Mr Léandre Pierre Boivin, of the City of Saint Hyacinthe gentleman, [...] a two story brick house with yard and [... buildings ...] attached, situate in the City of Saint Hyacinthe bounded in front by Girouard Street, in rear by [rue] Robitaille, on one side by property belonging the Mr Laframboise and on the other side by property belonging to the ceſsors & [...] to [H. M.] Chagnon Esquire [...] It will be optional with the said leſsee to purchase the hereby leased property at the price of fourteen hundred Dollars at any time within nine months from the date hereof : the mode and manner of payment to be agreed on between the parties [...] at the sum of Twenty five pounds [...] »

1864.08.07 — Saint-Hyacinthe-le-Confesseur. Sépulture de son beau-frère Germain Beaudry (Famille Germain BEAUDRY & Luce Boivin, soeur de L.P. Boivin). Il signe LP Boivin.

1866.11.14 — BANQ, notaire Joseph-Hilarion Jobin, n° 11409 pdf. Conventions & Règlement final entre M Léandre P. Boivin ès qualité et M Edouard E. Beaudry bijoutier.

« L'an mil huit cent soixante six, le quatorzième jour de novembre, après-midi.

Devant moi, Joseph H. Jobin, notaire public duement [admis] pour le Bas Canada, dans le district de Montréal, dans le Bas Canada soussigné.

Ont comparus Dame Marie Marguerite Amélie Caroline Whiteford, ci-devant de la dite cité de Montréal, épouse duement séparée quant aux biens de Mr Léandre Pierre Boivin, ci-devant, horloger de la dite cité de Montréal, demeurant actuellement dans la ville de St Hyacinthe, dans le district du même nom de lui specialement autorisée, à l'effet des présentes, et par lui à ce présent apécialement représenté aux dites présentes comme étant son procureur duement constitué par sa procuration notariée passée devant feu Me [...] Désilets, un confrère notaire, à St Hyacinthe, en date du onzième jour de novembre mil huit cent soixante et un d'une part. Et Mr Edouard E. Beaudry, marchand horloger et orfèvre de la dite cité de Montréal, d'autre part.

Lesquels ont déclaré au dit notaire soussigné, ainsi qu'il suit ; savoir :

à [... vers] la fin de novembre, mil huit cent soixante et un, la dite dame Boivin, par son dit procureur, a accordé et livré au dit Sr Beaudry qui en a alors pris pouvoirs, tout son fonds de bijouterie, d'orfèvrerie, montres, [agrès] de boutiques, effets, objets et tout ce qui composait son fonds de commerce en la dite cité de Montréal pour une valeur nominale et le prix alors constaté [...] inventaire de la somme de neuf mille, deux cent seize piastres et vingt [centiers] du cours actuel, étant à raison de vingt chelins dans [ce tems] pour tout le dit fonds de commerce indistinctement, pour laquelle somme le dit Sr Beaudry a alors fait, signé et délivré au dit [Sieur] Boivin ès dite qualité, son billet promissoire daté à Montréal, vers ce même temps renouvelé depuis, plusieurs fois, et dont le dernier billet en son renouvellement est daté à Montréal, le 2e octobre 1865 pour la somme de dix mille piastres payable et à devenir dû échû douze mois après sa date.

Les dits Dame Beaudry Boivin et Sr Beaudry voulant régler definitivement [entr'eux] toutes leurs affaires et transactions de vente et d'achat comme dit est, sont convenus de ce qui suit ; savoir :

Les dits Dame Boivin et Sr Beaudry ont réduit de consentement unanime le prix de la dite vente de fonds de commerce, bijouterie, orfèvrerie et autres, à la somme de cinq mille cent dix neuf piastres et cinquante huit centiers, comme étant la valeur réelle de tout ce que la dite Dame Boivin a vendu et livré comme dit est, au dit Sr Beaudry, suivant inventaire fait tout dernièrement par le dit Sr Beaudry, soumis au dit Sr Boivin qui en sa dite qualité de procureur de la dite Dame son épouse, l'a entièrement approuvé comme contenant l'énumération exacte de tout ce qu'elle lui a vendu et livré comme dit est, et comme étant la dite somme en dernier lieu cautionnée, la valeur réelle du fonds de commerce, effets et objets généralement quelconques en dépendant en la possession du dit Sr Beaudry, aujourd'ui, provenant tant de la dite vente qui lui a été faite par la dite Dame Boivin que des achats qu'il a depuis faits en son propre nom.

Dont et du tout, le dit Sr Beaudry est content et satisfait pour en avoir eté duement mis en [libre] possession au dit temps de vente, livraison ; et être aujourd'hui seul en la dite possession.

Sur laquelle dite somme de cinq mille, cent dit neuf piastres et cinquante huit centiers du cours actuel, le dit Sr Beaudry doit et est obligé de payer les sommes de [deniers] suivantes aux personnes suivantes pour effets et bijouteries qu'elles ont vendus et livrés au dit Sr Beaudry ; et lesquelles sommes de deniers doivent être déduites comme étant la valeur de marchandises et effets compris au dit inventaire et qui ont été inventoriés et estimés ensemble avec les marchandises et effets vendus par la dite Dame Boivin au dit Sr Beaudry, comme dit est ; et comme étant les dettes personnelles de ce dernier dans ces affaires de commerce ; savoir :

à F. Fraser, suivant billet promissoire, la somme de six cent soixante et onze piastres 671.00

à A. A. Saunders, celle de sept cent quatre vingt dix piastres 790.00

à James [Ferrier], senior, celle de cinq cent vingt neuf piastres 529.00

à Mr. [Allendorff], celle de deux cent trente huit piastres 238.00

à N. Beaudry, celle de deux cent quatre vingt dix huit piastres et quatre vingt dix centiers 298.90

à J. B. Dufresne, celle de quatre cent cinquante huit piastres 458.00

à la Britannia Company, Connecticut, une traite de deux cent cinquante piastres 250.00

De plus, les sommes suivantes dues par le dit Sr Beaudry comme dettes personnelles, aux personnes suivantes, savoir:

à J. Leduc, la somme de quarante cinq piastres 45.00

à Sr. Duvernay, celle de cent piastres 100.00

à la Corporation de Montréal, celle de trente six piastres 36.00

à J.B. Rolland, celle de dix piastres 10.00

à R. Hendery, celle de vingt-une piastres 21.00

à N. Beaudry celle de dix huit piastres 18.00

porté ci contre $3446.90
montant rapporté $3446.90

à [Frs] Adams, celle de quatre piastres et cinquante centiers 4.50

Toutes ces diverses sommes de deniers réunies ensemble forment celle de trois mille quatre cent soixante neuf piastres et quarante centiers dit cours actuel $3469.40

Laisse une balance de seize cent cinquante piastres et dix-huit centiers que les dits Dame Boivin et Sr Beaudry réduisent à celle de seize cent piastres.

Laquelle somme le dit Sr Boivin ès dit nom et qualité reconnait et confesse avoir [eue et reçue] tout présentement, à vue du dit notaire en or américain, du dit Sr Beaudry et à son entière satisfaction et lui en donne toute quittance et décharge valable, de ce jour et toujours, à toutes [jouissance] de droit. Et au moyen des présentes, la dite Dame Boivin a transporté au dit Sr Beaudry ce acceptant, tous les droits de propriété qu'elle avait en et sur tout ce qu'elle lui a vendu et livré comme dit est, consentant que le dit Sr Beaudry en [...] et dispose comme bon lui semblera ; car telles sont les conventions des dites parties qui élisent domicile en leurs demeures sus dites et auxquels lieux &c

Dont acte fait et passé au dit Montréal, étude, les jours, mois et an susdits, sous le numéro onze milles quatre cent neuf.

Et ont les dits Srs Comparants signé avec le dit notaire, lecture faite un mot rayé est nul.

[signatures :]
MMAC Whiteford
L.P. Boivin proc.
E.E. Beaudry
JH Jobin no. »

1866.11.18 — BANQ, Notaire Horace-Venant Saint-Germain, n° 4352, web (n° 4201 à 4400, groupe de pages 11, p. 535) ou pdf. Power of Attorney by Mis.trs Mary Ann Guilmartin unto Mis Ellen Prendergast.

« [...] Before us the undersigned Public Notary [...] in the City, County or district of St Hyacinthe Personally came and appeared Madam Mary Ann Guilmartin, widow of the late Mr Michael Prendergast, residing in the City of St Hyacinthe [...] hath constituted [...] to be her lawful attorney, Miss Ellen M. Prendergast, her daughter [...] »

1867.06.17 — BANQ, notaire Horace-Venant Saint-Germain, n° 4670 web (selon n° et date, puis groupe de pages 4, p. 166). Obligation de Léonard Beaudry Ec. à Madame LP Boivin.

1867.10.15 — Saint-Hyacinthe-le-Confesseur. Mariage de Clarisse Boivin (sa nièce). Il signe L.P. Boivin parmi les 14 signatures.

1868.01.02 — BANQ, notaire John Carr Griffin, n° 28369 pdf. Protest at the request of The Bank of Montreal of a promissory note drawn by L.P. Boivin endorsed by Morland Watson & Co. pour 354,90 $.

1868.11.14 — Saint-Hyacinthe. Sépulture de Léonard Boivin (son frère). Il signe LP. Boivin en dernier de 23 signatures.

1869.12.21 — The Quebec Daily Mercury, p. 1, col. 5, web. L.J. Guilmartin & Co. est agent à Savannah de transport maritime pour les bateaux à vapeur qui font la liaison, trois fois par semaine, de Charleston vers la Floride via Savannah. Annonce reprise dans Montreal Herald and Daily Commercial Gazette, vendredi 18 février 1870, p. 4, col. 8, et jeudi 10 mars 1870, p. 4.

« From Charleston to Florida, via Savannah, TRI-WEEKLY LINE The following Steamers will leave Charleston for Florida via Savannah, three times a week, after arrival of the New York Steamships and the North Eastern Railroad Train : PILOT BOY (Inland Route) every Sunday morning at 8 o'clock [;] DICTATOR every Tuesday evening at 8 o'clock [;] CITY POINT every Friday evening at 8 o'clock[.] Through tickets to be had at all Charleston and Savannah Steamship Line Agencies in New York. J.D. AIKEN & Co., Agents at Charleston. L.J. GUILMARTIN & Co., Agents at Savannah. »


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1870 — Census of Savannah, p. 181, house n° 1007, family n° 1024. « Mollie », 10 ans, habite chez ses parents adoptifs, ainsi qu'une petite fille Guilmartin de 8 ans et des afro-américains analphabètes : 2 femmes « house servant », un homme « day laborer » et 2 enfants.

1871 — Recensement 1871, Province de Québec, District no 121 Saint-Hyacinthe, Sous-District L Cité de Saint-Hyacinthe, Division 2, page 26, lignes 12 à 18. Léandre Boivin 62 ans bourgeois, Marie M.A.C. Boivin 47 ans, Marie Antoinette Boivin 14 ans, Joseph Boivin 12 ans, Jean-Baptiste Boivin 9 ans, John Whiteford veuf de 81 ans né en Irlande [beau-père de Léandre], Mary Lynley 29 ans née en Irlande servante.

1872.07.01 — La Minerve, 26 juin 1872, p. 1 col. 5. Décès à 18 ans de son filleul William Lespérance à Belleville, Ontario, chez sa grande-tante Mme James Whiteford, suite à l'accident de chemin de fer de Shannonville, Ont. le 16 juin 1872, alors qu'il revenait d'un séjour à Peterborough, Ont. comme apprenti-horloger, où le beau-frère de L.P. Boivin est marchand depuis au moins 18 ans : François Lemay, époux de Séraphine Boivin. Acte de sépulture laconique le 4 juillet à Longueuil, Saint-Antoine-de-Pades : présents Louis Marchand et Alfred Carrière soussignés, G. Thibault Ptre.

1873.08.14 — Saint-Hyacinthe-le-Confesseur. Sépulture Léandre Pierre Boivin. Voir transcription : Retraite.

1873.08.14 — BANQ, Courrier de Saint-Hyacinthe, vol. 21, n° 68, p. 2 col. 2-3 web ou pdf. Voir transcription : Nécrologie.

1874-1875 — Annuaire de l'Université Laval pour l'année académique 1874-1875, p. 88, web. M. Guilmartin de Savannah, Georgia, fait un don en botanique d'arbustes cotonniers en fleur et en fruit, deux échantillons de coton.

1875.06.26 — Courrier de St-Hyacinthe, p. 2, col. 3, web. « La St-Jean-Baptiste [...] messe solennelle [...] Le chant fut magnifique et à l’offertoire M.M. Hamel et A.[lphonse] Boivin rendirent avec beaucoup de grâce le Justus de Lambillotte. Nous avons remarqué les voix de Mesdemoiselles Mathieu, Hamel, Boivin et Guilmartin. »

1877.10 — Archives familiales. Lettre de L.J. Guilmartin à Elisabeth Whiteford-Lespérance. Mary Ann Guilmartin et sa mère adoptive sont revenues à Savannah après un séjour à Longueuil.


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1880.06.10 — Census, Schedule I, Inhabitants in Savannah, in the County of Chatham, State of Georgia, p. 34 lignes 1-3. Mary Ann Guilmartin, âgée de 22 ans, habite chez ses parents adoptifs ; elle serait née d'un père originaire de South Carolina.

[1880].07.01 — Archives familiales. Lettre de Mme F.J.M. Guilmartin, de Glens Falls, N.Y., à Elisabeth W. Lespérance. Mary Ann et ses parents adoptifs, qui résident à l'hôtel "Rockwell House" de Glens Falls, viennent de passer 2 semaines dans un hôtel de New York.

[1880-1885].01.20 — Archives familiales. Lettre de Mme F.J.M. Guilmartin, de Savannah, à Elisabeth W. Lespérance. "Mollie", surnom de Mary Ann, est bel et bien à Savannah.

[1881].04.08 — Archives familiales. Lettre de Mme F.J.M. Guilmartin, de Savannah, à Elisabeth W. Lespérance. Mary Ann est à Savannah.

1883.07.02 — Archives familiales. Lettre d'Emilie Lespérance-Labarre à sa mère Elisabeth W. Lespérance. « Three Rivers, July 2 1883 [...] I received Mollie's letter and yours. Mollie says that they are coming to Montreal very soon. They are going to stop at the St Lawrence Hall. I do not think they intend to stay long. » Le Musée McCord a des photos de cet hôtel.

1883 — Sholes' Directory of the city of Savannah, web. Après son père adoptif à la même adresse : Guilmartin Mary Ann Miss, r 156 Harris.

1884 — Sholes' Directory of the city of Savannah, web. Après son père adoptif à la même adresse : Guilmartin Mary Ann Miss, r 156 Harris.

1886.03 — Archives familiales. Trois-Rivières, lettre d'Elizabeth Whiteford Lespérance à Mr Guilmartin. « She [Emilie Lespérance-LaBarre] speaks of writing to her good friend Mollie as soon as she will have time. She anticipates the pleasure she will have next summer. [...] He [Louis LaBarre] was saying the other day at the table that we should all speak english so that he might learn to speak english with you & Mrs Guilmartin next summer. »

1886.[05 avant] — Archives familiales. Trois-Rivières, lettre d'Elizabeth Whiteford Lespérance à sa soeur Caroline Whiteford Boivin. « J'ai reçu une lettre de Mr Guilmartin en réponse à la lettre que j'ai écrite à Madame G. elle avait trop mal aux yeux pour répondre elle-même. Il se propose d'abandonner les affaires. Sa santé ne lui permet pas de continuer, il dit qu'il viendra aux Trois-Rivières si la picotte est disparue du Canada. Ils ont aimé le Trois-Rivières beaucoup, ils ont regrets de n'être pas restés plus longtemps. »

1886.05.03 — Décès d'Elizabeth Whiteford-Lespérance chez sa fille Emilie (1858-1891), Mme Louis LaBarre à Trois-Rivières, dont les 3 enfants hériteront de Mary Ann selon son testament suite au décès de son fils Lawrence Ernest Talbot et malgré les démarches d'O.E. Talbot pour l'annuler.

1886.08.17 — The Daily Witness, Montreal, 17 aôut 1886, p. 2, col. 3, web. « List of Arrivals at the Iroquois House, Beloeil Mountains, St. Hilaire P.Q., for week ending August 14 1886 : - L.J. Guilmartin and wife, Miss Guilmartin, Dr C.R. Heron, Savannah, Ga [...] » « Dr Charles R. Herron, the junior partner, became member of the firm [L.J. Guilmartin & Co.] in June, 1880 (Elstner 1886, p. 63). » Dr Charles R. Herron est le cousin de Mme F.J.M. Guilmartin et sera un des exécuteurs testamentaires de L.J. Guilmartin (Archives Céline Brunel).

1887.03.16 — Petitions for adoption of Mary Ann Guilmartin Law by Lawrence J. Guilmartin and Frances J. Guilmartin, 16 Mar 1887 ; Historic Judgment Dockets, 1782-1911, Chatham County (Ga.) Records, MS 5125-SP45, Box 143, folders 13248, 13249 ; Georgia Historical Society, Savannah, GA.

« In their separate petitions for adoption of Mary Ann, filed with Superior Court of Chatham County, Georgia, neither Lawrence nor Frances indicate the reason they wanted to adopt Mary Ann, other than they wanted her to be able to inherit from them. It is obvious, since all three, Lawrence, Frances and Mary Ann, each stated that the couple had cared for Mary Ann since infancy, that there was an emotional or other attachment among them [Report by Honey Ryan, Research Librarian, Savannah, GA, envoyé à Lore Guilmartin qui l'a transmis à Céline Brunel le 30 octobre 2017]. »

1887.05.02 — Archives des Soeurs de la Charité de Montréal dites Soeurs Grises, Registre des admissions. La veuve Léandre Boivin, née Marguerite Whiteford à Trois-Rivières, le 21 février 1820, est admise le 2 mai 1887 à l'Hospice Saint-Charles où elle rédigera son testament le 27 février 1893. Cet hospice a fermé ses portes le 4 juillet 1894 ; ses pensionnaires ou patients ont été dispersés dans d'autres établissements des Soeurs Grises, mais on ne sait pas où M.A. Caroline Whiteford-Boivin est allée.


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1890.03.08 — BANQ, notaire Vildebon-Winceslas Larue, 8 mars 1890 n° 6901, Sale John Roche & ux to Mrs F.M Guilmartin.

1891 — Recensement de la ville de Québec. M. et Mme L.J. Guilmartin habitent le quartier Montcalm. Le couple O.E. Talbot et leur fils n'y figurent pas ; ils devraient être à St-Michel de Bellechasse.

1893.02.27 — BANQ, notaire Narcisse Perodeau, n° 8684 pdf. Dame Vve L.P. Boivin, Testament.

« [page 1 :] L'An mil huit cent quatre vingt-treize, le vingt sept février : Devant Narcisse Pérodeau et Chateaugay de Salaberry ----------- tous deux Notaires Publics, soussignés, résidant & pratiquant en les Cité & District de Montréal, Province de Québec ;

A Comparu : Dame Marie Marguerite Amélia Caroline Whiteford, de la dite Cité de Montréal, veuve de feu Mr Léandre Pierre Boivin, en son vivant, Bourgeois de la Cité de St-Hyacinthe, Laquelle ; étant d'une faible santé de corps, mais jouissant de toutes les facultés voulues pour tester, a requis les notaires soussisgnés de recevoir son présent testament qu'elle a fait en la manière suivante, savoir :

1° Comme Chrétienne Catholique Romaine, je recommande mon âme à Dieu, ordonne le paiement de mes dettes par mes exécuteurs testamentaires ci-après nommés, à la discretion desquels je m'en rapporte quant à mes funérailles, voulant, néanmoins, que la somme de cent piastres soit payée pour faire dire des messes pour le repos de mon âme aussitôt après mon décès ;

2° Je lègue , à titre de Souvenir
I - à mon fils Joseph Boivin, mon cadre de St Joseph ;
II - à mon fils Jean-Baptiste, le portrait de mon père, mon image de la bonne Ste Anne, (dans la marge : le cadre du Très Saint Père le Pape), et les meubles de ma chambre à coucher. Sauf ce qui est ci-après légué :
III - à ma fille Marie Antoinette Caroline, l'image de la Sainte Face, mes hardes & linges qu'elle distribuera entre qui bon lui semblera - mon lit de plumes, (dans la marge : mon crucifix en argent) ;
IV - à ma petite fille Marie Antoinette Morin, mon image de l'Immaculée Conception ;
V - à mon petit fils Henri Morin,

[page 2 :] Morin, mon réveille-matin ;
VI - à ma filleule Mde Turcotte, ma petite pendule,
VII- à mon ancien domestique Siméon Blanchet, ma montre ;
VIII-à sa femme Rosalie Roy, la somme de cinq piastres ;
IX - à mon neveu Pancrace Lespérance, mon grand cadre de l'Immaculée Conception au dessus de ma commode ;
X - à Mde Arthur Boivin un livre à son choix parmi mes livres ;
XI - à Ma Nièce Marie Esther Whiteford, la somme de dix Dollars ;
XII- à l'Hospice St Charles, Montréal qui s'en sert déjà, -------- mon étagère.
XIII-à ma dite fille Marie Antoinette Caroline la balance des cadres non déjà légués, sauf mes grands cadres qui devront être vendus & dont le produit de vente sera divisé également entre ma fille & mes deux fils ;
(dans la marge : à ma petite fille Marie Antoinette Morin la balance des objets mobiliers garnissant ou meublant ma chambre à coucher &)
XIV- (dans la marge : à mes frères Richard & William Whiteford chacun la somme de cinquante piastres, payable sans intérêt sous le délai de six mois de mon décès ;)
XV -à mon fils Joseph, mes argenteries, en. par lui ; payant à ma fille & à mon fils Jean-Baptiste, leur quote-part dans la valeur de telles argenteries ; et comme c'est mon désir que telles argenteries soient conservées dans la famille à titre de souvenir de famille, je veux qu'elles retournent à mon fils Jean-Baptiste, s'il est vivant, ou à son défaut, à ma fille Marie Antoinette Caroline, au cas (dans la marge : & lors) du décès de mon fils Joseph, sans enfants, pour mon dit fils Jean-Baptiste ou à son défaut ma dite fille conserver telles argenteries pour leurs enfants, à titre de souvenir (dans la marge : en par l'un ou l'autre remboursant ce que payé la quote part de mon fils en la valeur de ces argenteries). Rien de contenu dans la présente disposition ne pourra être interprété comme création d'une substitution --------mais j'ai pleine confiance que tout de même mes chers enfants exécuteront

[page 3] :
exécuteront mon intention ; au cas ou mon (dans la marge : fils Joseph ne voudrait pas se charger de ces argenteries, le privilège de les avoir passera à mon autre fils & au refus de ce dernier à ma fille. S'ils le préfèrent elles seront vendues & le produit sera divisé entre mes légataires universels.)

3° Je lègue en pleine propriété le reste & résidu de tous mes biens meubles & immeubles, droits & actions mobiliers & immobiliers à mes trois chers enfants (dans la marge : ci-haut nommés) par parts & portions égales, sans qu'aucun d'eux soit tenu de rapporter à au moins prendre en ma succession, à raison des dons ou avantages que je pourrais lui avoir faits, en aucun temps, sauf ce que l'un ou l'autre d'eux pourrait me devoir, à mon décès par reconnaissance ou à titre équipollent.

4° Il y aura lieu à la représentation par ses enfants, comme dans le cas de succession si aucun de mes légataires universels ci-haut nommés m'a prédécédée & a laissé des enfants pour le représenter ; et je veux & ordonne qu'aucune partie des biens formant partie de ma succession tant à titre de legs particuliers qu'à titre de legs universel ci-dessus ne puisse être saisie pour dettes contractées en aucun temps, à moins que ça ne soit par suite d'un transport ou d'une hypothèque consenti ou donnée de plein gré, voulant & entendant que tels biens tant pour les biens-fonds & capitaux que pour les fruits & revenus soient (dans la marge : considérés comme) donnés à titre d'aliments & de pension alimentaire. Je veux de plus que tous tels biens soient propres à mes légataires & que chacun d'eux en conserve la jouissance (dans la marge : & administration), même en étant marié sous le régime de la communauté ou d'exclusion de communauté.

5° Pour exécuter mon présent testament

[page 4] :
je nomme & choisis (écriture du 2e notaire :) mes deux fils Joseph, Jean-Baptiste, mon gendre Louis Edouard Morin que je nomme en même temps les administrateurs de ma succession, (retour à l'écriture du notaire Pérodeau :) avec pouvoir d'exécuter telle charge au delà de l'an & jour, s'il y a lieu, et tant & si longtemps que l'exigera l'exécution de mon présent testament, mes dits exécuteurs testamentaires étant spécialement exemptés de faire faire un inventaire de mes biens, & voulant que la reddition de compte à être faite par eux tienne lieu de tel inventaire à toutes ?...en a quelconques ; mes dits exécuteurs testamentaires sont de plus autorisés à vendre de gré à gré, avec le consentement de mes légataires majeurs, tous mes biens meubles & immeubles susceptibles d'être vendus, à tels prix, termes, clauses & conditions qui leur paraîtront convenables & à en retirer le prix de vente, tant la partie payable comptant que celle payable à termes & à représenter tout mineur ou incapable d'agir par lui-même, dans tous partages : dans tous actes de liquidation à être faits de mes biens.

6° Je révoque tous autres testament & codicille que je puis avoir ci-devant faits pour ne m'en tenir qu'à mon présent testament qui, seul, contient mes vraies & uniques dispositions testamentaires & de dernières volontés.

Dont Acte :
Fait & passé en la dite Cité de Montréal, à l'Hospice St-Charles, les jour, mois & an susdit, Sous

[page 5] :
Sous le numéro (écriture du 2e notaire :) huit mille six cent quatre vingt quatre (retour à l'écriture du notaire Pérodeau :) des minutes du dit N. Pérodeau.
Et après que le dit N. Pérodeau, en présence de son dit confrère, eut fait lecture du présent testament à la dite testatrice, cette dernière a dit & déclaré le tout bien entendre & comprendre & y persister.
En foi de quoi, elle a signé avec & en présence des dits notaires soussignés, tous trois en présence les uns des autres, après lecture faite, comme sus dit --
(écriture du 2e notaire :) Trente mots & un renvoi non paraphé tous rayés M..........à dix renvois en marge initialés sont bons.

[Signatures :] Marie Mg. A.C. Boivin

CdeSalaberry NP

N Pérodeau N.P.  »

1896.08.26 — Notre-Dame de Montréal, acte de sépulture « dans le cimetière de cette paroisse » qui est alors celui de Notre-Dame-des-Neiges. Était de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 11 signatures familiales bien que ce soit un formulaire.

1897.06.30 — BANQ, notaire Narcisse Pérodeau, n° 10221 pdf. Acte de liquidation et partage des biens de la succession de l'épouse de Léandre Pierre Boivin.


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

1900.05.31-06.12 — Reports of the Supreme Court of Canada, Vol. XXX, 1900, p. 482-484, web. Suite à la demande de séparation initiée par Mary Ann Law Guilmartin, O.E. Talbot est allé jusqu'à faire appel à la Cour Suprême du Canada dont il n'a rien obtenu, car « The action of the respondent [Mary Ann] is founded on allegations of cruel and unlawful treatment ».

1901 — Recensement Canada, Québec Ouest, 184, quartier Montcalm, C-2, p. 8, famille 76, lignes 48-50 et p. 9, lignes 1-3, web. Après sa séparation, Mary Ann Guilmartin Talbot, 41 ans, habite avec ses parents adoptifs âgés de 74 et 77 ans, son fils de 12 ans et 2 domestiques. Sa date de naissance est le 13 mai 1859.

1906.08.04 — Le Courrier de St-Hyacinthe, p. 1. Nécrologie de Léonard Beaudry, horloger bijoutier à Saint-Hyacinthe, formé par son oncle Léandre Pierre Boivin.

1911 — Recensement Canada, Quebec West, Montcalm Ward District 189, sous-district 4, p. 2, famille 16, lignes 18-22, au 174 Grande Allée, web. Énumérateur brouillon, avec infos douteuses : les prénoms et dates de naissance ne correspondant pas au recensement 1901.

« Talbot, Sousan [sic] Head of household, LS [legally separated] Race Af [African ?] Age 43 [?], born U.S.A. ». Année d'immigration au Canada : 1892. Parle anglais et français. « Talbot, Freddy [sic] Son, age 23 or 25, born U.S.A. [faux, car né à Québec] ». Plus 3 domestiques nés au Québec : « William Walsh, single, age 65 ; Marie Jacques, single, age 14 ; Estelle Lacomb, Married, age 50 ». Elle habitera ce 174 Grande Allée avec son fils jusqu'à sa mort en décembre 1917 (Annuaires de Québec).

1912.09.19 — BANQ, notaire Alexandre Gauvreau n° 7086, Last Will & Testament of Mrs Mary Ann Guilmartin wife of Onésiphore E Talbot.

1914.02.19 — Québec Bibliothèque Assemblée nationale, Chap. 129, Loi concernant la succession de dame Francis Jane Mary Lloyd, (Sanctionnée le 19 février 1914), web ou pdf.

1918.04.04 — BANQ, notaire Joseph ALLAIRE n° 18181. À Québec, déclaration par Onésiphore Ernest Talbot, que maître Louis St-Laurent, avocat de Québec, fut le « procureur des légataires universels résiduaires de la Dame testatrice [Anna, Denis et Henri Labarre] ». Le testament de Mary Ann sera réglé à l'automne 1919 (communication d'une descendante d'Anna LaBarre à Céline Brunel).

1918.12.14 — Gazette officielle de Québec, 14 décembre 1918, web ou pdf, p. 2440. Onesiphore-E. Talbot déposera un projet de loi afin de faire annuler le testament, en date du 19 septembre 1912, de feu Dame Mary-Ann-Law Guilmartin.

1919.09-12 — Communication d'une descendante d'Anna LaBarre à Céline Brunel. Le testament de Mary Ann est réglé à l'automne 1919.

 


| Boivin ANNEXES : 1800 - 1830 - 1840 - 1845 - 1850 - 1855 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 |

| BOIVIN : Cuiller - Bohle - Prénom - Nécrologie - Apprenti - Établissement - Fils - Prospérité - Montréal - Annonces - Religieuse - Fin - Retraite |

web Robert DEROME

Cuiller à servir d'Ignace-François Delezenne aux armes de la famille Baby.